Compte rendu d’Assemblée Générale fédérale

Le 26 novembre dernier les jeunes socialistes de la Gironde ont organisé une assemblée générale avec Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil général en charge du Logement, de l’Habitat, du Développement Social, de la Précarité et de l’Insertion et présidente de Gironde Habitat. Ce fut l’occasion pour nous d’échanger avec elle sur les enjeux départementaux en matière de logement, et particulièrement de logement social.

Le Département de la Gironde a fait le choix de lier la thématique du logement à sa compétence sociale. Ce rôle lui permet d’assurer l’équilibre territorial en prenant en compte les disparités des besoins entre milieu urbain et milieu rural. Dans ce cadre, Martine Jardiné a rappelé l’objectif de faire des logements « triple A », c’est à dire triplement accessibles : à la fois au niveau du coût, des transports et des services publics.

Le Département se donne pour objectif de relever les différents enjeux du logement social aujourd’hui :

-Promouvoir une offre diversifiée, adaptée à la pluralité de notre société (logement des étudiants, des personnes âgées ou handicapées, logement participatif, accession etc.)

-Proposer des logements neufs de qualité et écologiques, tout en gardant à l’esprit le fort enjeu lié à la rénovation du parc déjà existant.

-Travailler en relation avec les élus et les différents acteurs du territoire afin de changer l’image souvent négative que peut porter le logement dit social. A ce titre, Martine Jardiné nous a rappelé que 75% de la population girondine était éligible au logement social (selon la palette très large des conventions disponibles : PLAI, PLS etc.)

Mais la question du logement consiste aussi à répondre à une urgence sociale immédiate : c’est pourquoi le Département a acheté, à ce jour, 26 maisons en bois construites par Emmaüs, afin de pouvoir proposer une solution de logement d’urgence aux plus démunis.

Pour mener à bien ses missions, le Département compte sur les subventions de l’État dont les efforts sont importants mais insuffisants : la Gironde reçoit ainsi 12 millions d’euros d’aides de l’État par an, et 7 millions supplémentaires pour les fonds au logement social (qui fournissent une aide pour l’accès et le maintien au logement).

Malgré le contexte économique difficile, des avancées significatives ont cependant été réalisées : le plan départemental de l’habitat (PHD) a permis de sécuriser l’accès au logement, l’État met à présent à disposition son immobilier inoccupé (à Mérignac, un lotissement inoccupé de la Direction générale de l’aviation civile a été attribué à des familles en situation de mal-logement) etc.

Des débats enrichissants qui ont permis d’approfondir les enjeux de l’une des compétences sociales essentielles du Département qu’est le logement.

Commentaires Facebook :

Laisser un commentaire