La Rochelle 2010 !

Délégation Gironde La Rochelle 2010

Délégation Gironde La Rochelle 2010

15 Jeunes Socialistes se sont rendus aux Universités du PS et MJS ce dernier week end d’aout.

L’ambiance était aux débats durant la journée autour de grandes idées comme l’allocation d’autonomie, la révolution fiscale, le nouveau modèle agricole et numérique, etc. Le but est simple: créer le projet de la gauche dans la perspective de 2012.

Le soir venu, l’ambiance se décontractait lors du dîner en présence notamment de Martine Aubry, Benoit Hamon et Ségolène Royal chantant une chanson d’anniversaire d’une camarade MJS.

Les jeunes socialistes de la Gironde ont pu rencontrer en petit comité durant ce week end Alain Rousset -Président de la Région Aquitaine-, Ludovic Freygefond -Premier secrétaire fédéral de la Gironde-, Martine Aubry ou encore Daniel Mitterand présentant son association France Libertés.

Mines résignées à l’UMP et champagne au PS

Créé le 22.03.10 à 11h54, Mis à jour le 22.03.10 à 11h54

Xavier Darcos, hier soir, à sa permanence de campagne.

Xavier Darcos, hier soir, à sa permanence de campagne./ P.saura / 20 minutes

Même dispositif, même apéritif et même résignation. A la permanence de l’UMP, hier, l’ambiance était très calme, même pas un peu abattue. Alain Juppé, Hugues Martin, Michel Sammarcelli (le maire de Lège-Cap-Ferret) et le député Jean-Paul Garraud étaient présents pour soutenir le candidat Xavier Darcos. Après avoir analysé les premiers résultats, ce dernier est apparu sous les applaudissements de l’assemblée. Apparemment tendu, Xavier Darcos a tout de même tenu à faire un discours sur sa progression (lire ci-dessus). Il a accepté de parler de son échec : « Je savais en venant dans cette campagne que ce serait difficile. » Avant de reprendre aussitôt son idée première : « Nous avons frôlé les 30 % », s’est-il réjoui. La déclaration achevée, il est remonté dans son bureau et le restaurant aménagé en permanence, pour l’occasion, s’est très vite vidé.

Liesse chez Rousset
C’est un véritable accueil de star qui attendait Alain Rousset dans les locaux de la permanence du PS. Standing ovation, haie d’honneur et drapeaux agités par les militants ont accueilli le président de la région. Ce dernier, après avoir remercié ses militants, c’est dit « ému et touché » par la confiance renouvelée des Aquitains. Une confiance « exigeante » qui « renforce sa détermination » à répondre à leurs attentes. « C’est un très bon score qui récompense le travail des militants », commente Juliette Perchepied, responsable des Jeunes Socialistes. Naïma Charaï, 8e sur la liste, est elle aussi très heureuse et revient sur l’accord avec Europe Ecologie : « Les négociations se sont très bien passées. Nous avons fait une belle campagne commune pendant l’entre-deux-tours. » Après le passage éclair de leur président, les militants ont rapidement évacué la permanence pour se rendre à la région, où une fête les attendait.

O. D. et S. g.

l’Aquitaine reste à gauche pour les quatre ans qui arrivent !

Voici les résultats officiel des élections régionales en Aquitaine au soir du 21 mars 2010 :

La liste d’union de la gauche menée par Alain Rousset est largement élue ! Elle rassemblait la quasi-totalité des forces de gauche, PRG, MRC, Europe Ecologie et le Front de Gauche.

Merci à tous les militants qui ont parcouru le terrain depuis plus de deux mois pour convaincre chaque jeune d’aller voter !

Liste conduite par Voix % Exprimés Sièges
M. Xavier DARCOS (LMAJ) 320 102 28,01 17
M. Jean LASSALLE (LCMD) 178 852 15,65 10
M. Alain ROUSSET (LUG) 643 764 56,34 58

Aquitaine/sondage : Rousset en tête

Lefigaro.fr

25/02/2010

Le président (PS) sortant du conseil régional d’Aquitaine, Alain Rousset, arrive en tête des intentions de vote (31%) au premier tour des régionales, selon un sondage Ifop pour Sud Ouest publié cet après-midi sur le site internet du quotidien régional. La liste socialiste devance la liste de la majorité présidentielle menée par Xavier Darcos (24%), la liste MoDem menée par Jean Lassalle pour le Modem (12%) et la liste Europe Ecologie menée par Monique de Marco (11%).

Sondage réalisé auprès de 704 Aquitains interviewés par téléphone selon la méthode des quotas.

à la pêche aux électeurs

Le Mouvement des jeunes socialistes était samedi sur le marché pour distribuer des tracts et inciter à voter Rousset dès le premier tour.

Que la politique est donc compliquée en France ! C’est qu’on a bien du mal à s’y retrouver entre toutes ces élections, tous ces Conseils régionaux et généraux ! Il suffit de faire quelques pas avec les militants du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) sur le marché de la Teste-de-Buch ce samedi matin pour s’en rendre très vite compte…

Ils sont six ou sept les bras chargés de tracts et d’imprimés. Il fait beau, mais froid : le soleil ressemble à une boule glacée jaune et blanche dans le ciel bleu. Les gants sont interdits : comment tirer un tract de la pile avec des gants ?

Tracter pour les élections régionales n’a rien de simple. Et ces jeunes militants s’en rendent vite compte. Nous voilà à la terrasse du café du marché.

Et le nucléaire alors ?

Le dialogue s’engage avec deux jeunes qui apostrophent les jeunes socialistes sur le nucléaire et sur ce que fait la Région à ce niveau : «- Mais Blaye, la centrale, c’est bien en Aquitaine quand même !

– Oui, mais l’énergie n’est pas une compétence de la Région ! »

Pas facile donc… Gauthier, 22 ans, secrétaire général des MJS Gironde, raconte à quel point c’est parfois dur la vie de militant : « Les gens sont en effet peu concernées par les élections régionales. Le premier objectif, c’est qu’ils retiennent le nom d’Alain Rousset, et ce n’est pas toujours gagné. » Fabien, 25 ans, au MJS depuis six mois, est bien d’accord : « Les gens ont du mal à décrypter les enjeux de ce scrutin. Alors on essaie d’expliquer sur le marché pourquoi ces élections sont si importantes, mais c’est très compliqué. Faire comprendre de quoi la Région est responsable, exposer le bon bilan d’Alain Rousset parce la population ne connaît pas bien les compétences du Conseil régional… »

Pas d’anti-sarkozysme ?

Alors comment faire ? Chacun a sa technique. Prenez Stéphane, 23 ans et au MJS depuis un an, il fait comme ça : « D’abord, je me concentre sur le nom d’Alain Rousset. Que les gens le retiennent. Ensuite, je parle du bilan en citant des exemples concrets. Pour les jeunes, je parle du festival des lycéens créé par la Région, et de tout ce que le Conseil régional a fait pour le logement étudiant. Mais même comme ça, ça peut leur paraître parfois un peu lointain. »

Et donc pas d’anti-sarkozysme systématique sur le marché : « Non, et c’est nouveau c’est vrai, répond Magali Tissier, 34e sur la liste d’Alain Rousset en Gironde (et donc sûre et certaine de ne pas être élue). Par le passé, les MJS tapaient beaucoup sur l’adversaire. Pas là. Alain Rousset a un tel bilan qu’il n’est pas nécessaire de perdre notre temps à critiquer le camp adverse. Nous sommes les sortants. »

Reste qu’ils n’oublient pas quand même de parler de Xavier Darcos comme « d’un candidat invisible », dans la campagne comme lors des sessions du Conseil régional.