Aujourd’hui comme demain, les Socialistes font de l’Aquitaine un territoire d’avenir


Un enjeu crucial pour le développement territorial et les emplois de demain : l’investissement dans la recherche, l’innovation et la formation

Le contexte économique actuel, alimenté par le processus de mondialisation ayant pris son essor à la fin des années 70, est marqué par un climat de compétition engendrant de fortes tensions sur les territoires. Celles-ci sont de plusieurs natures : redistribution des activités économiques, occasionnant des fermetures d’établissements sur l’ensemble du territoire français et détruisant de nombreux emplois, fractionnement du marché du travail entre salariés bénéficiant d’une relative sécurité de l’emploi et « outsiders » trop souvent affaiblis par leur statut précaire et leur manque de formation. Le défi qu’impose cette donne économique aux collectivités locales, et particulièrement les Régions dans leurs compétences en matière d’économie et d’aménagement du territoire, est d’encourager la création d’emplois durables et de qualité. Il s’agit également de garantir aux salariés l’accès à un véritable service public de la formation professionnelle. Ce défi est d’autant plus fort qu’au niveau national, le gouvernement, au-delà des discours, ne répond aucunement à cet enjeu majeur de manière concrète. Les derniers sondages révèlent pourtant que la préoccupation majeure des français à l’approche des élections régionales est celle de l’emploi, alors que la crise frappe durement les classes moyennes et populaires.

La droite au pouvoir, un Etat qui se désengage toujours plus…

Paradoxalement, les défenseurs des intérêts du monde patronal ne sont pas forcément ceux qui montrent l’ambition d’investir significativement dans les secteurs clefs de l’industrie, la recherche et l’innovation. L’UMP actuellement au pouvoir est aveuglée par sa volonté de réduire les dépenses publiques au détriment de ces secteurs cruciaux pour le développement des territoires et de l’emploi. Nicolas Sarkozy, avec ses habits neufs de moralisateur du capitalisme et de défenseur de l’industrie « à la française », n’a cependant pas renoncé à son credo libéral et s’acharne à désengager l’Etat dans tous les secteurs. En témoignaient les gesticulations présidentielles à Gandrange il y a 6 mois de cela. Les régions tenues par les Socialistes montrent pourtant qu’il est possible de mener une réelle politique industrielle régionale ainsi qu’un effort significatif pour la recherche, malgré une crise budgétaire grave, en particulier en Aquitaine à travers l’action d’Alain Rousset et son équipe.

Les Socialistes avec Alain Rousset prouvent qu’il est possible de mener une véritable politique industrielle à l’échelle régionale !

Avec les Socialistes, la région Aquitaine consacre ainsi chaque année 9% de son budget à la recherche et à l’innovation. Par cet effort budgétaire conséquent, la Région représente un véritable effet de levier pour la création d’emplois locaux. Ceux-ci sont estimés au nombre de 138 000 depuis 10 ans, tandis que l’Aquitaine se range actuellement parmi les 5 régions qui créent le plus d’entreprises en France grâce à des aides financières et techniques. A travers une politique tournée vers le développement de pôles de compétitivité (aéronautique, laser…), la région Aquitaine renforce sa visibilité sur le territoire français et encourage la constitution de filières génératrices de nombreux emplois. Les Socialistes prouvent que la région est un acteur économique capable de lutter efficacement contre les délocalisations, comme le montre l’exemple emblématique de Turbomeca que la Région Aquitaine soutient dans son effort d’investissement et de modernisation. Par ailleurs, la Région s’affirme comme acteur privilégié de la formation professionnelle, en finançant chaque année 16000 formations en direction des demandeurs d’emploi.

Dans la perspective des élections régionales, Alain Rousset et les Socialistes souhaitent poursuivre cet effort en direction de la formation, la recherche et le soutien aux activités économiques locales à travers un contrat de l’innovation et de l’emploi. Parmi les mesures phares de ce contrat, les Socialistes souhaitent :

  • créer 10 000 « contrats de continuité professionnelle » pour les salariés victimes ou menacés de licenciement ;
  • développer les emplois liés aux énergies renouvelables, à la filière bois et à la maîtrise de l’énergie dans la construction et la rénovation des bâtiments ;
  • poursuivre l’accompagnement des artisans et des petites et moyennes entreprises dans la transmission ou la reprise de leur activité ;
  • Favoriser la reconnaissance internationale de pôles d’excellence dans les domaines de l’aéronautique, laser-optique, bois, vigne et vin, nutrition…

Ainsi, les Socialistes ambitionnent de faire vivre la Région comme un acteur économique de premier plan sur les territoires tout en répondant aux besoins de qualification des individus la formation professionnelle, face à un Etat de plus en plus absent. Les Socialistes emmenés par Alain Rousset, fort de leur bilan, souhaitent ainsi faire de l’Aquitaine un territoire résolument tourné vers l’avenir.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION

Centre de préférences de confidentialité

WordPress

Ce sont les cookies générés par notre système de gestion de contenu. Il ne recueille aucune donnée.

90plan, 90planBAK

Statistique

Nous utilisons Google Analytics à des fins analytiques.

_ga, _gat_gtag_UA_104410158_1, _gid

Commentaire