Témoignage : Bayrou, rien de nouveau au centre


ImageNous sommes allés avec quelques camarades assister au meeting de Bayrou, candidat centriste. Non pas par conviction, mais par curiosité pour celui que les médias considèrent pour l'instant comme le "troisième homme".

Il faut avouer que Bayrou est habile, réussissant presque à nous faire croire qu'il n'est plus le même homme. Oublié son soutien à Edouard Balladur aux présidentielles de 1995. Oublié aussi sa participation comme Ministre de l' Education sous le premier gouvernement d'Alain Juppé. L'homme est idéologiquement de centre droit et lorgne avec envie sur sa gauche, la droite étant vérouillée par l'actuel ministre-candidat de l'UMP.

Ce soir là, le centre a vu grand. Oublié ses récentes critiques sur les médias qui l'aurait soit disant dédaigné dans cette campagne. Une nuée de caméras ont été conviées au rendez-vous bordelais des centristes. Culotté même, l' homme demande au début de son discours que l'on applaudisse la présence des journalistes ! Viens le discours. Bayrou est convaicant sur le constat de la crise qui  frappe  notre actuelle République depuis le dernier quinquennat de Jacques Chirac. Il parle de crise des banlieues, de la crise du système éducatif, de la crise sociale, et de la crise de nos valeurs républicaines.

Mais s'il est facile de dénoncer des vérités générales sur les problèmes que traverse notre pays, il l'est moins pour lui de proposer des solutions concrètes aux difficultés qui touchent notre société. Son seul remède pour remetre la France sur pied : une Union nationale Droite-Gauche. Il déclare au terme de son discours qu'il serait prêt à nommer dans son gouvernement tous les représentants des grandes forces
politiques du pays quelles que soient leurs couleurs. Imaginons un seul instant : pourrait-il composer avec un le Pen, avec un Sarkozy, avec un de Villiers, tout en traitant avec des représentant de la gauche française ? Car au delà de l'utopisme de ce centriste prêt-à-tout , cela serait-il vraiment raisonnable??! On peut vraiment en douter tant l'histoire politique française s'est toujours construite autour d'une opposition, notamment entre la droite et la gauche. La France n'aime pas le consensus mou. C'est d'ailleurs une des spécificités françaises que de ne pas aimer toute forme de "cohabitation". Au delà de ce  simple constat , il serait impossible à nous autres, socialistes, de sacrifier sur l'autel d'un gouverment centriste nos valeurs de gauche pour composer avec le représentant d'une droite néolibérale et néo conservatrice comme nous le promet Nicolas Sarkozy.

Enfin Bayrou nous laisse sur notre faim : il dénonce le déficit budgétaire abbyssal que connait actuellement la France, mais avoue immédiatement que son programme budgétaire n'est même pas
encore chiffré! Alors si l'homme est certes habile ; si il est certain qu'il voudrait s'emparer d'une partie de l'électorat de gauche à son profit ; que les électeurs ne s'y trompent pas : la droite " molle" comme aimait à le dire François Mitterand sait parfois avancer masquée…
 

>Raphaël Escarmant, Sonia Ben Ali

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION

Centre de préférences de confidentialité

WordPress

Ce sont les cookies générés par notre système de gestion de contenu. Il ne recueille aucune donnée.

90plan, 90planBAK

Statistique

Nous utilisons Google Analytics à des fins analytiques.

_ga, _gat_gtag_UA_104410158_1, _gid

Commentaire