Circulez y’a rien à boire


Depuis février les Bordelais n’ont plus le cœur à la fête. En effet dans cette ville d’ordinaire festive et joyeuse, l’arrêté municipal du 24 février 2012 à laissé perplexes bon nombre d’habitants.

En effet « le transport et la consommation d’alcool en réunion sur la voie publique » sont désormais interdits de 11h à 7h soit la quasi-totalité du temps. Cette mesure à tout d’une fausse bonne idée : si lutter contre les dérives de la consommation d’alcool sur la voie publique est une démarche louable, on se rend vite compte que cet arrêté est aussi synonyme d’une privation de libertés. Si l’on en croit cet arrêté, avoir dans le contenu de ses courses une bouteille d’alcool devient, sur la voie publique un délit qui se peut se conclure par un procès verbal et même la confiscation de l’alcool en question.

Somme-nous donc revenu à une époque de prohibition ? Il semble donc difficile d’être dans la légalité quand on achète de l’alcool dans la mesure où l’on doit nécessairement le transporter… La Mairie de Bordeaux semble vouloir limiter notre liberté de circuler avec une marchandise quelconque. Alain Juppé applique l’idéologie policière prônée par Nicolas Sarkozy et Claude Guéant.

La zone géographique concernée par cette mesure est vaste et concerne l’ensemble du centre ville de Bordeaux, y compris des quartiers populaires à l’image des Aubiers, de St Michel ou de Belcier. On voit que sous cette décision du maire de Bordeaux se cache une volonté de lisser l’image de ces secteurs, d’en faire de nouveaux quartiers bourgeois.

Les Jeunes Socialistes de Gironde s’opposent à cette logique de surveillance et de restriction. Nous pensons qu’il est nécessaire de lutter contre les phénomènes dangereux liés à la consommation excessive d’alcool, mais cela ne doit pas se traduire par une présence démesurée et souvent inutile des forces de police. Nous prônons la prévention plutôt que la répression : informer et sensibiliser les jeunes aux risques de l’alcool est la solution. Un travail de pédagogie doit être effectué en amont pour prévenir ces risques, mais nous n’acceptons pas que cet arrêté devienne le prétexte à une augmentation arbitraire de la présence policière.

Développons contrairement à la majorité UMP actuelle le goût de l’échange, de la pédagogie et de la discussion plutôt que de punir sans avoir au préalable fait de la prévention. La Mairie semble avoir une fois de plus choisi la facilité, tant pis pour nos droits.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION

be784a4c1408cad3114d82592e7b316fgggggggggg