Contre les panneaux publicitaires numériques !


Une société libre, une société de l’information ? C’est ce que vous croyez ? Pourtant Big Brother n’est pas loin et n’a jamais été aussi puissant ! Les hostilités sont lancées depuis la mise en place de 400 panneaux publicitaires numériques dans le métro parisien. Jusque là rien de très choquant. Mais savez-vous que ces panneaux numériques sont dotés de capteurs vidéo « qui détectent les formes des visages orientés vers l’affiche, et mesurent le temps d’exposition au message» selon la régie publicitaire Métrobus. Cependant, cette régie précise qu’il s’agit uniquement d’un simple système de comptage et « en aucun cas d’une collecte d’informations personnelles concernant les voyageurs». Pourtant, via ces capteurs, les panneaux publicitaires s’adaptent à leurs cibles, comptabilisant le nombre de passants qui ont regardé la publicité et instaurant une pseudo vidéosurveillance commerciale, une chasse au consommateur poussant le vice jusqu’à la fonctionnalité Bluetooth qui « permet » de télécharger sur le téléphone mobile des voyageurs des informations à partir des écrans numériques.

La CNIL a été saisie du problème. Les images prises par ces capteurs ne sont ni enregistrées ni transmises à des tiers ni visibles par différents prestataires, ce dispositif ne relève donc ni de la loi sur la vidéosurveillance, ni de la loi relative à la protection des données personnelles.

Cependant elle a  estimé que “si seules des données statistiques sont conservées à l’issue du traitement, il n’en demeure pas moins que celui-ci est réalisé à partir d’images qui comportent des visages identifiables, qui sont des données à caractère personnel. Une comparaison peut être opérée avec les processus d’anonymisation de données personnelles, pour lesquels la Commission est compétente”. Elle est donc tout à fait en mesure d’examiner la légitimité de ces dispositifs. Les Jeunes socialistes appellent donc à une prise de position sur cette question notamment sur la non activation de la fonctionnalité Bluetooth qui viole purement et simplement le respect de la vie privée.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION