Discours de Laura Slimani au meeting de soutien à Nathalie Le Yondre


Je suis heureuse d’être ici ce soir à vos côtés, et de m’exprimer au nom des Jeunes Socialistes venus nombreux. C’était essentiel pour nous d’être présents, pour vous donner la force et le dynamisme suffisant, après avoir tant donné dans cette campagne, pour la terminer en beauté. Et c’était essentiel d’être là, aussi, pour vous féliciter, pour te féliciter, Nathalie. Quel score, en effet, as-tu réalisé dimanche dernier !

Ce cadre est magnifique, et le plaisir d’être ici ,n’en est que plus grand, ici sur le territoire du bassin, ici sur ta commune Nathalie, beau symbole de cette fin de campagne.

Ce soir j’ai envie de vous dire que le changement, ma génération l’attend depuis qu’elle a l’âge de comprendre la politique. Souvent, dans les réunions publiques, j’entends parler de 1981, des lendemains qui chantent, de changer la vie. Et ça donne envie, même si quand même, c’est loin, sans vouloir offenser personne. Je ne sais pas si vous vous rendez compte, mais on a avec nous  des militants, qui sont nés en 1997 !
97, ça veut dire qu’ils n’ont aucun souvenir des années Jospin, de tout ce que la gauche avait pu apporter – et même mes souvenirs, à moi, sont flous pour tout vous dire. RMI, CMU, Emplois jeunes, PACS, parité, réduction du temps de travail, tout ça, c’était bien,  mais on n’en connaît que l’héritage ! Cet héritage de la gauche pourtant il nous marque, et il nous guide, et c’est ce qui nous donne la force de penser qu’une autre France et  qu’une autre Europe sont possibles.

Aujourd’hui le changement pour ma génération, il est urgent. 
Il est urgent le changement parce que nous n’avons jamais connu autre chose que la droite.
Il est urgent le changement parce que 25% des jeunes sont aujourd’hui au chômage.
Il est urgent le changement, parce que ma génération n’espère même plus travailler en CDI avant 30 ans.
Il est urgent, ce changement, parce que les filles de mon âge ont de plus en plus difficilement accès à la contraception et à l’avortement. Ces filles de mon âge et les plus jeunes, qu’on enferme dans une image négative d’elle-même, et qui ne se construisent bien souvent que dans le regard des hommes. Que dire du concours des Mini-Miss, heureusement annulé in extremis, organisé récemment à Mios ? Comment ne pas s’insurger de cette mise en compétition permanente des petites filles entre elles ? Comment imaginer qu’elles puissent se construire sainement, dans un contexte où le corps des femmes est à vendre, et où la droite remet en cause de manière délibérée les libertés des femmes.

Parce que non seulement Sarkozy n’a rien fait pour l’égalité femmes-hommes en 5 ans

  • – pas de ministère dédié, ni secrétariat d’état : disparition totale de cette problématique pendant 5 ans.

 Mais il a fait empirer leur situation sur tout le territoire :

  • – 150 centres IVG en moins en 5 ans,
  • – Baisse drastique des subventions allouées aux associations (Planning)
  • – Christine Boutin

Jamais, dans une campagne présidentielle, l’égalité femme-homme n’aura été autant prise à bras le corps par un candidat, comme l’a fait le Président François Hollande. Il l’a dit, il est féministe. Il est féministe et ça se voit, avec un Ministère dédié aux droits des femmes, qui aura entre autre la lourde tâche de faire l’égalité salariale. Ca se voit, avec un gouvernement paritaire. Et la parité, vous avez vu, ça fait du renouvellement, ça fait respirer la classe politique ! Avec Michèle, bien sûr mais aussi avec tant d’autres femmes compétentes et déterminées.

Ces femmes, elles sont comme toi, Nathalie. Quel bonheur pour ma génération d’avoir pour modèles en Gironde des femmes de l’envergure de Sandrine Doucet ; Michèle Delaunay ou Nathalie Le Yondre. Cela manquait, et maintenant ça y est, l’égalité est lancée, j’en suis certaine. Des femmes à qui rien n’a été donné, rien n’a été octroyé, rien n’a été attribué par je ne sais quel privilège.  Pour paraphraser notre président, des femmes qui n’ont pas reçu le pouvoir en héritage, mais qui en sont les dignes héritières.

Ce soir j’ai voulu profiter de ce dernier discours de campagne, pour te remercier de faire de l’égalité femme-homme un combat permanent, parce que c’est suffisamment rare pour être remarqué.  Mais tu incarnes aussi le renouvellement, et cela aussi, pour les Jeunes Socialistes, c’est important. Nathalie c’est une femme qui mène de front un travail, son engagement politique et sa vie de famille.

Tu es une femme de combat et de victoires sur tous les plans.
Tu es une femme de victoires quand tu t’empares de tous les dossiers locaux : parc naturel marin, protection des ostréiculteurs, création de logements sociaux, les RASED, rénovation des infrastructures routières, création d’emplois pour permettre aux jeunes du Bassin d’y rester, alors qu’ils sont aujourd’hui obligés de quitter leurs communes pour trouver du travail, ou pour se loger.
Tu es une femme de victoires en tant que Maire d’Audenge, et tu l’as montré avec courage sur le dossier du centre d’enfouissement des déchêts, en mettant d’accord tous les acteurs concernés et c’est loin d’être une mince affaire.
Tu es une femme de victoires parce que tu as fait une campagne de terrain, en réunions publiques, en porte à porte, récompensée par ton formidable score de dimancher dernier. Tu es une femme de victoires et je sais que tu le montreras de nouveau dimanche prochain !

Ce soir j’aurais pu parler de beaucoup de choses, parce que nous avons tant à attendre du changement, mais je tenais à rendre hommage à ta personne Nathalie, à ce que tu incarnes, renouvellement, égalité, exemplarité.

Ce soir j’aurais pu parler de la majorité présidentielle sans laquelle le changement ne sera pas possible. Nous sommes déjà fiers, tous, des premières mesures prises par le gouvernement : parité, diminution des salaires du Président et des Ministres, encadrement des loyers, retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler tôt, augmentation du SMIC, retrait des troupes d’Afghanistan, la liste commence à être longue !

Ce soir j’aurais pu parler de cette mesure d’égalité et de démocratie qu’est la limitation des salaires des dirigeants d’entreprises publiques. Parce que l’on ne peut renoncer à la répartition des richesses, parce qu’on ne peut se soumettre à la loi du profit et des actionnaires, parce que le politique et le social doivent reprendre le pas sur le financier et l’économique !

Ce soir j’aurais pu parler d’Europe. De cette Europe qui a mal, avec nous. Nous les jeunes, à qui l’on justifie tout, y compris le néolibéralisme acharné, organisé, planifié, sous prétexte que c’est mieux que rien. Non ce n’est pas mieux que rien ! Nous pouvons, et nous devons construire une autre Europe. Nous devons donner à la Banque Centrale Européenne les moyens de financer les Etats directement !

Nous devons refuser le pacte budgétaire sous sa forme actuelle, et en faire un pacte pour l’emploi en Europe ! Nous devons construire l’Europe sur les valeurs de l’humanisme qui nous sont chères, sur les valeurs de la solidarité et de la fraternité. On ne peut pas dire à la Grèce, à l’Espagne, au Portugal et à l’Italie : réduisez vos dépenses, allez-y, toujours plus, baissez les salaires, arrêtez de vous soigner, de vous nourrir correctement, et espérez que cela passe tout seul. Non, cela ne passera pas tout seul. Non, les forces du marché ne se réguleront pas par elles-mêmes.

Le marché, on lui a tout donné, sans rien demander en échange. Et la voilà la récompense. La récompense c’est une crise sociale, sanitaire, écologique sans précédent en Grèce.  Ce n’est pas plus de libéralisme, mais plus de solidarité qu’il faut. Ce n’est pas plus d’austérité, mais plus d’investissements qu’il faut. Ce n’est pas niveler les régimes sociaux par le bas, mais bien une harmonisation par le haut des systèmes sociaux et des normes fiscales qu’il nous faut. Ce n’est pas le libre-échangisme, mais le juste échange qu’il faut.

Ce n’est pas une Europe libérale, austère et technocrate, mais une Europe sociale, écologiste et démocratique qu’il nous faut construire !

Toutes ces idées, toutes ces ambitions, nous, socialistes, les avons pour l’Europe, et François Hollande les partage. Il a déjà entamé ce travail de fond avec la renégociation en cours du pacte budgétaire. Nous, les Jeunes Socialistes, discutons avec nos partenaires européens, comme François Hollande le fait avec Sigmar Gabriel, pour aboutir à des positions communes et fortes de la gauche en Europe ! C’est comme cela que nous remettrons la finance au pas, et que nous redonnerons de l’espoir dans le projet européen.

Alors, chers amis, l’élection de François Hollande est une immense source de satisfaction et de fierté, mais tout le travail fourni pendant la campagne, cette joie du 6 mai 2012 n’aura servi à rien sans majorité pour le changement.  Avec un nombre inégalé de candidats qui ont gagné au premier tour, la majorité de la  gauche à l’Assemblée Nationale dimanche est, vous en conviendrez, très probable.

Mais pour les femmes et les hommes du bassin, pour les femmes et les hommes de la Gironde, NLY doit être élue à l’Assemblée Nationale pour construire le changement aux côtés de François Hollande. Le bassin en a besoin, c’est essentiel à sa place dans le département, et Nathalie saura mettre à profit ses qualités de députée pour porter les grands dossiers.

L’égalité salariale femme-homme, ça sera la gauche parlementaire qui la fera,
Les 150 000 emplois d’avenir, ça sera la gauche parlementaire,
L’attestation de contrôle d’identité, ça sera la gauche parlementaire
Le non cumul des mandats, la réforme du statut pénal du chef de l’Etat, l’indépendance de la justice, l’indépendance des médias, le non cumul des mandats, ça sera la gauche parlementaire !
Et toute ces grandes réformes, toutes ces grandes avancées, toute cette transformation de la société, j’en suis certaine, Nathalie, tu y prendras part !

Alors chers amis, pour notre génération mais aussi pour la votre, pour toutes les femmes et tous les hommes du bassin qui ont BESOIN de Nathalie Le Yondre pour les représenter,

Pour toutes celles et ceux qui ont été meurtris du sarkozysme,
Pour tous ces ouvriers qu’on a trompés,
Pour toutes ces femmes dont on a bafoué le droit à disposer de leur corps,
Pour tous ces jeunes qu’on a ignorés,
Pour tous ces fonctionnaires qu’on a méprisés,
Pour tous ces citoyens « musulmans d’apparence », ces jeunes des quartiers populaires, ces jeunes ruraux, ces jeunes diplômés, sans emploi, précaires,
Pour tous ceux là, pour vous, pour nous, dimanche prochain, Nathalie, le changement, ça sera avec toi !

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION

a9e07826f086fb5d9454692bd372951ebbbbbbbbbbbb