Discours de Laura Slimani aux voeux des Jeunes Socialistes de la Gironde


Merci, à toutes et à tous, d’être venus aussi nombreux ce soir. Cela veut dire beaucoup, cela veut dire que vous comptez sur nous, et nous en sommes touchés, je peux vous le dire au nom des militants jeunes socialistes présents ici ce soir.

Quel meilleur endroit que ce bar dans un quartier populaire, que cette place des Capucins, et tout ce qu’elle représente de la diversité de notre ville, pour vous souhaiter une excellente année 2012 !

Pour nous, Jeunes Socialistes, cette année, c’est celle de notre vie. Toutes nos espérances, toutes nos attentes et tous nos rêves se jouent maintenant. L’élection de François HOLLANDE, c’est demain ! Les législatives, avec vous, c’est après demain !

C’est pour cela que nous sommes là ce soir. C’est pour cela que nous avons souhaité réunir les générations socialistes pour lancer cette grande aventure. La transmission entre les générations, vous le savez, est très chère à notre candidat François Hollande. Parce que c’est la fraternité défendue par notre République. C’est être solidaire entre générations, non pas parce qu’on est liés par le sang, mais parce que l’on est liés par un destin commun, celui de la République.

Vous l’avez peut-être remarqué, l’UMP a un candidat. Si, si, ce candidat, c’est même UNE candidate. Oui, je vous assure. Il s’agit de l’imposture.

Imposture d’un parti d’abord, qui a bradé en 5 ans le peu de valeurs républicaines qui lui restait pour celles du Front National. Un parti qui prend les Français pour des imbéciles, en leur faisant croire qu’une augmentation de la TVA pourrait être SOCIALE.

C’est aussi l’imposture d’un programme, que personne ne connaît mais qui change en permanence. On voudrait par exemple, nous faire croire que ce gouvernement, au pouvoir depuis 5 ans, ouvrirait le mariage aux personnes de même sexe. Attention ! Ne nous y méprenons pas, disons le haut et fort, ce que va proposer le Président de la République, s’il le fait ce dont je doute, c’est un mariage de seconde zone. Les personnes homosexuelles, les associations LGBT, Homosexualités & Socialisme, Simon, nous les Jeunes Socialistes, et bien sûr notre candidat, ce que nous voulons, c’est le MARIAGE POUR TOUTES ET TOUS, sans distinction selon l’orientation sexuelle. Michèle, tu le sais peut-être mieux que personne, ce que réclament ces associations, ce que réclament les personnes homosexuelles, transexuelles, transgenre même, ce n’est pas le droit à la différence mais le droit à l’indifférence.

Enfin, et surtout, c’est l’imposture d’un homme. Un homme qui a échoué sur tous les tableaux, alors qu’il disait pouvoir gagner partout.

Son bilan : moins de pouvoir d’achat, moins d’emploi, moins de solidarité, moins d’égalité. En somme, toujours moins. Son bilan quotidien, c’est : 1,7 millions d’euros de cadeaux fiscaux par jour aux plus riches, 32 profs en moins par jour, 550 chômeurs en plus, par jour.

Voilà, la France de 2012. Ce sont des jeunes qui sont les premières victimes de la crise. Mais qui sont aussi les premiers à se révolter, et à se lever pour le changement. Ils porteront François Hollande au pouvoir, parce que c’est le SEUL candidat qui parle de la jeunesse, et qui veut redonner un sens à nos rêves. Les jeunes savent aujourd’hui qu’il est leur unique chance de retrouver la marche du progrès. Parce que la gauche, nous le savons, transformera la société quand elle sera au pouvoir.

Et pourtant, aussi désastreux que son bilan puisse être, Nicolas Sarkozy peut encore gagner cette élection. Ne l’oublions pas, rien ne sera certain avant le 6 mai à 20h. Alors, c’est notre rôle à nous, militants, de porter sur le terrain un projet fort, alternatif, de gauche en somme, qui sera défendu par notre candidat.

Vous le savez peut-être, les Jeunes Socialistes de la France entière ont beaucoup travaillé sur leur projet ces deux dernières années. Ce projet, c’est aussi le vôtre, c’est pourquoi nous avons tenu à vous le présenter ce soir, à vous qui aurez l’honneur, j’en suis certaine, de nous représenter au Palais Bourbon dans quelques temps, dans la majorité. Il y avait au départ des centaines de propositions, pensées par les militants de toutes les fédérations. Puis 21 ont été sélectionnées, que nous avons présentées aux jeunes lycéens, étudiants et travailleurs, qui en ont eux-même choisi 8 lors de votations citoyennes.

Une mesure qui est probablement la plus importante, parce qu’elle concerne la moitié, voire plus de la moitié de la population française. Il s’agit d’atteindre, en 5 ans, l’égalité salariale entre les femmes et les hommes. A compétences égales, les femmes gagnent toujours, en 2012, 27% de moins que les hommes. Cette inégalité n’est pas seulement sociale, elle est liée au genre. La première loi sur l’égalité salariale entre les sexe, c’est 1972. Et pourtant, les entreprises ne la respectent toujours pas. Lorsque l’on ne respecte pas la loi, on est sanctionnés : ces entreprises qui estiment que le travail d’un homme a plus de valeur que celui d’une femme, elles devront être sanctionnées puisque les incitations ne fonctionnent pas.

D’abord, refaire de la santé un droit pour tous. Cette santé, mise à mal par la droite à coup de privatisation et de marchandisation, d’objectifs chiffrés et de rémunération à l’acte. Il faut en refaire un droit pour tous, pour que notre espérance de vie ne soit pas dépendante de notre condition sociale, ce qui serait une régression sociale sans précédent.

Ensuite, la formation : la fusion des grandes écoles et des universités est une proposition à laquelle nous tenons particulièrement en Gironde, parce qu’elle est sortie de la tête d’un des militants girondins. Pourquoi ? Parce que l’Etat investit deux fois fois plus dans l’avenir d’un jeune de grande école que dans celui d’un jeune à la fac. Or, n’entrent dans les grandes écoles que des jeunes de milieux très favorisés à l’origine. Ce système élitiste est donc très efficace, oui, pour fabriquer de la reproduction sociale et des inégalités. Ce qu’il faut, c’est donner à chaque étudiant l’opportunité de suivre une formation de qualité, et pas uniquement à la minorité qui étudie dans les grandes écoles.

Cette proposition, c’est permettre la mobilité sociale, accorder à tous les jeunes les moyens de leurs ambitions quel que soit leur milieu d’origine.

Bien sûr, le dispositif clé concernant la formation des jeunes, pour les Jeunes Socialistes, c’est le parcours d’autonomie. Parce que c’est un dispositif qui permet de considérer les jeunes comme des personnes à part entière, autonome de leur famille. Parce qu’à 18 ans, on est majeur, et cela signifie que nos conditions de vie ne doivent pas dépendre du niveau de revenu de nos parents. Parce que cette allocation d’autonomie permettra à notre génération, mais surtout aux suivantes, de se former correctement, d’accéder au marché du travail. Et cette mesure sera une double réussite : elle revalorisera le pouvoir d’achat des parents, qui n’auront plus à se serrer la ceinture pour payer des études à leurs enfants, et aux étudiants, qui ne se demanderont plus, à partir du 15 du mois, comment ils vont payer leur nourriture, leurs vêtements et leurs loisirs jusqu’au 31.

Le pouvoir d’achat, parlons en ! La gauche, c’est son rôle, doit avant tout parler aux classes populaires. A ceux qui vivent de leur travail, et non de leurs rentes. Revaloriser le pouvoir d’achat doit donc être l’une de ses priorités, une fois au pouvoir. Et pas en disant qu’il va falloir travailler plus pour gagner moins. Pas en disant qu’il faut baisser le coût du travail. C’est quand même incroyable, d’oser clamer que la baisse du coût du travail se traduira par une augmentation des salaires. C’est juste un calcul mathématique : si on baisse les charges sur le travail, c’est pour permettre aux entreprises de baisser le coût du travail. Quel intérêt auraient elles, alors, à augmenter, sans contrepartie, les salaires ? C’est encore une fois une imposture.

C’est pour cela que François Hollande, en arrivant au pouvoir, se placera du côté des salariés pour défendre leur pouvoir d’achat. Il y a l’augmentation des salaires, bien sûr. Une gauche qui arrive au pouvoir sans revaloriser les bas salaires serait en manque de légitimité. Mais il n’y a pas que cela. Le pouvoir d’achat, c’est aussi l’encadrement des loyers et in fine la diminution du coût du logement.

Parmi les 8 engagements que nous défendons, il y a aussi celui de l’écologie. Lancer un vaste plan d’économies d’énergie, en favorisant la construction de bâtiments à basse consommation et en isolant les bâtiments en masse aura des conséquences bénéfiques sur plusieurs plans : créations d’emploi, baisse de la part de l’énergie dans le budget des Français et donc plus d’argent dans leur porte monnaie. Et bien sûr, conversion écologique que nous nous devons de lancer.

 Enfin, et j’en terminerai par là, la République. Cette République qui a été tant bafouée durant les 5 dernières années. Retrouver les valeurs qui font que la France a une voix dans le monde. Rétablir le droit d’asile, régulariser les sans papiers, donner le droit de vote aux étrangers. Faire confiance à la jeunesse. Bref, réparer et renforcer la cohésion sociale de ce pays. Tout cela, François Hollande le défend, après jour.

La République, c’est dire qu’il n’y a pas de citoyens de seconde zone. C’est dire qu’il n’est pas normal de se faire contrôler 8 fois plus dans la rue parce qu’on est noir ou beur. C’est mettre en place l’attestation de contrôle d’identité, pour refaire du respect des citoyens par les institutions une réalité.

Je termine sur LA mesure. Celle qui tient à cœur à tous les Jeunes Socialistes, et qui fait partie de cette République irréprochable à laquelle nous aspirons. Il s’agit du non cumul des mandats. Le non cumul, c’est redonner aux Français confiance en la politique. C’est donner la preuve que la classe politique n’est pas ce corps sclérosé tel qu’il est décrit par l’extrême droite. C’est montrer que les femmes et les hommes qui font les lois de nos pays, sont des citoyens ordinaires, dotés d’une mission extra ordinaire grâce au suffrage universel, à la légitimité de l’urne.

C’est, surtout, faire en sorte que notre pays ne fasse plus honteusement partie des pays à la traine en matière de parité et de diversité. C’est, bien sûr, rajeunir nos institutions. Il faut bien cela, pour que les jeunes d’aujourd’hui se reconnaissent dans la République.

Alors, chers amis, je nous souhaite à tous de réussir ce double pari : mener notre candidat François Hollande à la victoire, et vous accompagner vers le triomphe d’une Assemblée Nationale à gauche qui saura mettre en œuvre ces engagements, afin de faire de cette victoire un événement qui transforme la société en profondeur.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION

e927fa9a5250451f05c5ef3a47e1ccccLLL