«Il faut donner au Bassin une députée qui…»


Consultez l’article de Sud Ouest sur le dernier meeting de campagne de Nathalie Le Yondre, jeudi 14 juin à Audenge.

Nathalie Le Yondre tenait son dernier meeting hier soir sur le port d’Audenge. De nombreuses personnalités l’ont soutenue et critiqué son adversaire.

Il y a eu cette petite phrase de François Hollande, scandée entre les deux tours de la présidentielle face à Nicolas Sarkozy : « Moi, président de la république, je serai… » Hier soir, à deux jours du second tour des législatives, Nathalie Le Yondre a répété « il faut donner au Bassin une députée qui… » Et d’égrener, ses priorités, celles du Bassin. C’était hier soir sur le port d’Audenge, en plein air devant un public nombreux. Et si son challenger n’était pas devant elle, il n’a pas été oublié dans ses discours. Et à plus forte raison dans ceux de ses soutiens.

C’est Laura Slimani du mouvement des jeunes socialistes qui a pris la première la parole en mettant en avant les qualités de Nathalie Le Yondre, « une femme de combat qui mène de front son engagement politique, son travail et sa vie de famille. »

Ralliés à sa cause
Jean-Louis Apeçarena (Mouvement des citoyens) a ensuite été le premier des candidats du premier tour à apporter son soutien à Nathalie Le Yondre. « La droite arrogante et mauvaise n’a fait que meurtrir nos cœurs […] Le bassin d’Arcachon pour Monseigneur Foulon est une baronnie : il ne parle que d’Arcachon. Après ça, nous faisons partie de la pampa. » Et de lancer le slogan anti « FBP : Foulon Béton Pognon. »

Vital Baude (Europe Écologie Les Verts) a, pour sa part, rappelé qu’il n’y avait jamais eu d’ambiguïté sur le fait que tous les écologistes appelleraient à voter pour Nathalie Le Yondre, et ce, sous l’œil approbateur d’Elisabeth Rezer-Sandillon (Cap 21). « Nous avons des valeurs communes et nous partageons ton courage pour traiter le CET (centre d’enfouissement technique) un scandale écologique grave […] Yves Foulon a voulu faire un hold-up sur le parc naturel marin il a surtout réussi à faire quelque chose d’unique : l’union contre lui ! » a-t-il dit.

Contre Yves Foulon
Et de parler de la « green machine » en marche à Arcachon : « On défriche, on construit et on fait des mesurettes vertes et des gros plans de com. Il y a suffisamment de requins dans le Bassin même s’ils sont déguisés derrière des queues de baleine […] Le Bassin est un territoire fragile, il ne faut pas le laisser à Yves Foulon dont la méthode est de diviser pour mieux régner. Si vous aimez le Bassin, votez pour Nathalie Le Yondre et si c’est au-dessus de vos forces votez blanc ! » Un discours très applaudi même s’il était évident qui ceux qui l’ont entendu hier avaient non seulement la force mais surtout l’envie de voter pour la candidate socialiste.

Melisande Elias, la candidate du Front de gauche étant excusée, c’est ensuite Jean-François Acot-Mirande, le suppléant de Nathalie Le Yondre qui s’est ensuite exprimé assurant que « la victoire est possible à condition de continuer à nous mobiliser au maximum. » Et d’égratigner lui aussi le candidat UMP.

Arcachon et le reste
« Chacun connaît son ego surdimensionné. C’est, toutes proportions gardées, Sarkozy en miniature. Sa condescendance, son mépris, sa considération que pour lui, tout le reste c’est la banlieue d’Arcachon, sa volonté de concentrer toutes les administrations dans sa ville, excentrée et où on ne peut pas se garer […] Il divise même dans son propre camp. »

Et de rappeler les candidatures dissidentes d’Yves Foulon « contre son propre parti » en 2001 (municipales contre Pierre Lataillade) et en 2002 (législatives contre Marie-Hélène Des Esgaulx). Reprenant les récentes « contre-vérités, propos caricaturaux et racistes proches du Front national » qu’il a tenu sur les logements sociaux, la dépénalisation du cannabis ou le vote des étrangers, Jean-François Acot-Mirande a exhorté les électeurs à « ne pas le laisser faire du Bassin ce que Sarkozy a fait de la France. Nous lui imposerons un troisième échec ! »

Parc naturel marin
Quant au parc naturel marin, Jean-François Acot-Mirande estime que si Yves Foulon est élu « il ne verra pas le jour ou sera une coquille vide […] L’avenir du Bassin n’est ni dans les paillettes, ni dans le fric, ni dans le béton. » François Deluga qui est jusqu’à dimanche le député, PS, du bassin d’Arcachon a ensuite pris la parole soulignant la symbolique du lieu choisi pour ces discours. « C’est là notre Bassin avec là-bas, derrière, les tours de béton (d’Arcachon…). » Et d’affirmer : « La gauche peut avoir la majorité, certes à 1 %. » Et de rappeler que Nathalie Le Yondre est arrivée en tête sur le nord bassin et avec 1 000 voix de retard sur le sud. « Cette après-midi, il devait y avoir un débat télévisé (sur TV7) entre elle et Yves Foulon. Il a refusé d’y participer. C’est significatif de son inquiétude. » (1)

Une peur que François Deluga décline sous la forme des sujets qui fâchent. « A-t-il déjà dit quelque chose sur l’interdiction de l’irgarol dans les peintures antifouling ? Pour le CET, c’est celui qui a résisté jusqu’au bout pour ne pas participer à sa réhabilitation […] Il parle d’un Bassin uni mais il ne réunit même pas son propre clan. » Le député a ensuite laissé la place se disant ému de cette dernière intervention de parlementaire mais fier d’avoir su assurer la relève.

Le silence qui en dit long
Nathalie Le Yondre a enfin pris le micro en évoquant sa campagne de terrain et son militantisme. « Nous pouvons dépasser les clivages de terrains et les frontières que certains ont voulu créer. » Et d’y aller elle aussi de ses critiques. « Quand on ne rassemble pas son propre camp on ne peut pas rassembler un territoire. Le silence de certains maires en dit long. Yves Foulon ne connaît pas la circonscription. Le Bassin a besoin d’une députée qui fasse avancer le territoire sans discrimination. »

Et d’évoquer, autour de cette phrase pivot, les transports publics, la voie de contournement, l’emploi, la jeunesse, le logement, la solidarité, la dépendance et la place des femmes dans la société.

(1) Yves Foulon indiquait, mercredi, ne pas être libre jeudi et avoir proposé la date de vendredi.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION