Défendons le droit d’asile !


S’il y avait une chose que l’on devrait retenir du mandat de Nicolas Sarkozy comme la plus profondément choquante et en contradiction avec nos valeurs – tâche peu aisée – ce serait sans nul doute les atteintes graves et assumées aux principes les plus fondamentaux de la République.

La politique d’immigration en est un exemple tristement édifiant. Cela a commencé par la création d’un Ministère de l’Immigration et de l’Identité Nationale, bel exemple des idées que la droite conservatrice se fait de l’immigration : des idées pleines d’amalgames, empreintes de racisme, de xénophobie et de populisme. Avec Sarkozy tout est (malheureusement) devenu possible : expulsions violentes et en masse, politique inhumaine des quotas, dérives ultrasécuritaires, assimilation de l’immigré à un criminel, instrumentalisation des chiffres et démagogie.

Cette politique, profondément ignominieuse et choquante pour des républicains humanistes, l’est encore plus lorsqu’elle se trouve appliquée au droit d’asile. Le droit d’asile, symbole de ce que la France incarne aux yeux du monde et de la conception que la République se fait de la défense de ses valeurs, a lui aussi été démoli par la droite. Restrictions de l’accès au droit d’asile, politique des quotas et amalgame entre demande d’asile et fraudeur-criminel : voilà le programme assumé de la droite. Et c’est cette droite là, totalement décomplexée, qui se trouve aujourd’hui à la tête de notre pays. La France aujourd’hui a perdu ce qu’elle avait de plus fondamental : ses valeurs et son universalisme. Car mettre à mal le droit d’asile et le déconsidérer à ce point, c’est refuser d’affirmer et de défendre les valeurs de la République au-delà de nos frontières. Aujourd’hui la France n’est plus celle qui réagit et accueille l’étranger lorsque ses droits élémentaires sont bafoués. Aujourd’hui le droit d’asile a été détruit. Cette entreprise de casse du droit d’asile a également été orchestrée au niveau européen par une droite ultralibérale pour qui la gestion de l’immigration justifie l’édification de barrières et la chasse à l’homme.

Des initiatives politiques et citoyennes naissent un peu partout en France pour défendre ce droit fondateur de la République Française. A l’image des élus de gauche du Conseil Régional d’Aquitaine qui ont souhaité, il y a quelques jours, organiser le parrainage républicain de la toute jeune Lianna Ghavarzan (3 mois), dont la famille est menacée d’expulsion après que leur demande d’asile a été rejetée. Le parrainage avait lieu deux jours après la déclaration de l’Aquitaine comme « Terre sans expulsion » par le Conseil Régional. Ces actions ne pourront malheureusement pas fondamentalement changer la donne mais elles prouvent que la résistance se structure, qu’il y a encore des défenseurs du droit d’asile et que la gauche au pouvoir mènera une politique à l’extrême opposé de celle de Sarkozy.

En tant que Jeunes Socialistes, mais aussi en tant que républicains et humanistes, nous affirmons notre attachement au droit d’asile qui ne doit pas faire l’objet d’une politique du chiffre. Nous dénonçons la suspicion que la droite fait planer sur les demandeurs d’asile, assimilé à des criminels, des potentiels fraudeurs. La France est et doit rester une terre d’asile ! Nous nous déclarons solidaires de toutes les actions, politiques ou citoyennes, entreprises pour dénoncer le scandale infâme organisé par Sarkozy et la droite européenne, et appelons à la réaction pour défendre nos valeurs et celles de la République !

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION