Les associations LGBT de Gironde et leurs partenaires refusent que Sexion d’Assaut se produise à Cenon


Les Jeunes Socialistes soutiennent l’initiative de la LGP Bordeaux de se prononcer contre le concert de Sexion d’Assaut à Cenon.

Malgré de nombreuses protestations, le concert du groupe Sexion d’Assaut est toujours prévu le samedi 23 octobre 2010 au Rocher de Palmer à Cenon (33). Ce groupe a tenu des propos violemment homophobes, appelant au meurtre d’homosexuels et incitant à la haine, dans des chansons et interviews (« je crois qu’il est grand temps que les pédés périssent, coupe leur le pénis, laisse les morts, retrouvés sur le périphérique » : On t’a humilié, de l’album La terre du milieu).

Aujourd’hui, le groupe prétend faire machine arrière mais il ne s’agit que d’excuses de circonstances destinées ni plus ni moins à sauver ses intérêts financiers. Jugeons plutôt les propos d’un des leaders du groupe publiés en juin de cette année (magazine International Hip Hop, numéro 10) :

« Pendant un temps, on a beaucoup attaqué les homosexuels parce qu’on est homophobes à cent pour cent et qu’on l’assume. Mais on nous a fait beaucoup de réflexions et on s’est dit qu’il était mieux de ne plus trop en parler parce que ça pouvait nous porter préjudice […] Imagine, il y a même des gays qui viennent nous voir ! On ne peut donc pas dire ouvertement que pour nous, le fait d’être homosexuel est une déviance qui n’est pas tolérable ».

De tels propos sont en opposition totale avec les principes et valeurs républicains de respect et de fraternité. Ils ont suscité l’émotion de nombreux élus et directeurs de salles en France qui ont pris leur responsabilité et douze concerts (sur dix-sept) ont ainsi déjà été annulés. Par ailleurs, le groupe NRJ a décidé de cesser sa collaboration avec Sexion d’Assaut et, que récemment, le groupe a été retiré de la liste des MTV Europe Music Awards.

Les associations signataires s’indignent que le maire de Cenon et le directeur du Rocher de Palmer maintiennent toujours le concert du 23 octobre. Les propos de Patrick Duval, responsable de la salle, relatés par le journal SudOuest le 9 octobre 2010, nous choquent : « C’est une déclaration dans une publication confidentielle […] mais il ne faut pas être dupe : cela correspond à ce qui se dit beaucoup dans les quartiers. »

L’argument de la confidentialité de la publication tente de minorer la gravité des propos du groupe. Par ailleurs, la banalisation de ces propos au motif qu’ils sont fréquents dans les quartiers ne saurait justifier le maintien du concert d’un groupe qui est un puissant relai d’homophobie. Le refus d’annuler le concert n’affirme-t-il pas tout bonnement l’impunité de ces messages de haine ? Est-ce un exemple à donner aux jeunes concernés ?

Le rapport de forces que se livrent les partisans de la lutte contre les discriminations et les tenants de propos discriminatoires est nettement à l’avantage des derniers. Malheureusement, jusqu’ici, chanter la tolérance n’a jamais trop fait vendre des disques. Les moyens dont dispose le groupe Sexion d’Assaut sont sans commune mesure avec ceux des défenseurs des droits et c’est la raison pour laquelle nous réclamons de la puissance publique qu’elle n’aggrave pas un peu plus ce déséquilibre dommageable.

L’argent public a largement participé à l’édification de cette salle de spectacle et on ne peut pas comprendre que des raisons qui ne tiennent pas à l’intérêt général poussent les protagonistes décisionnaires à maintenir le concert de Sexion d’Assaut à Cenon.

Les associations signataires en appellent solennellement au maire de Cenon et au directeur de la salle de spectacle. Pour marquer leur désapprobation, nous attendons une seule décision de leur part : un refus clair et net d’accueillir ces chanteurs à Cenon. L’avenir du Rocher de Palmer d’être une salle ouverte sur les musiques du monde serait irrémédiablement entâché par la réception de ce groupe homophobe.

Premiers signataires : LGP Bordeaux, le Girofard (centre LGBT Gironde Aquitaine), Wake Up (l’association des étudiants et des jeunes LGBT de Bordeaux), le Refuge, Homosexualité solidarité Bordeaux, la Preum’s, Adheos (Association d’Aide de Défense Homosexuelle pour l’Égalité des Orientations Sexuelles), Collectif Contre l’Homophobie, Fédération des Centres LGBT, la Maison des femmes, le Mouvement des jeunes socialistes de Gironde et de Charente Maritime.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION

Centre de préférences de confidentialité

WordPress

Ce sont les cookies générés par notre système de gestion de contenu. Il ne recueille aucune donnée.

90plan, 90planBAK

Statistique

Nous utilisons Google Analytics à des fins analytiques.

_ga, _gat_gtag_UA_104410158_1, _gid

Commentaire