Les Jeunes Socialistes présentent le vrai bilan D’Alain Juppé


2013-07-01-politique-alain-juppe

Rétablir la vérité sur le bilan d’Alain Juppé, c’est l’objectif que se sont donné les jeunes socialistes pour débuter la campagne des municipales.

Parce que derrière les pierres blanches rénovées du centre ville se cache une dure réalité, conséquence directe des choix de l’actuel maire UMP.

Pour commencer, quatre thématiques : la lutte contre la pauvreté, le logement, la petite enfance et la fiscalité. Quatre sujets qui rythment la vie des Bordelais, et sur lesquels la politique Juppé est à la traîne, par choix.

C’est possible ! Pour prouver qu’il s’agit bien là de volonté, et montrer qu’une autre politique est possible, le choix à été fait de comparer la situation de Bordeaux avec celle d’autres villes parmi les dix plus importantes en France. Le constat est sans appel :

À Bordeaux, alors que le nombre de ménages sous le seuil de pauvreté atteint 18%, la part consacrée au social sur le budget global de la ville s’élève à 2,74%, quand Grenoble y alloue 7,2%, Nantes 5,9% et Toulouse 5,6% ;

En ce qui concerne les logements sociaux, la situation est plus alarmante encore. En effet, depuis 2001, leur proportion n’a augmenté que de 1%, pour passer de 15% à 16%, alors même que la loi SRU impose aux municipalités un taux minimum de 25%. Et encore une fois, d’autres maires ont choisi une politique ambitieuse en la matière : à Nantes, 25%, à Strasbourg, 28%.

Et pourtant, Bordeaux parmi les dix plus importantes villes du pays est celle où la fiscalité locale est la plus importante. En moyenne en 2012, les Bordelais payaient 784€ de taxe d’habitation et taxe foncière. Dans le même temps, les Lillois versaient 574€, les Strasbourgeois 509€ et les Toulousains 455€.

Malgré cette fiscalité record, les services publics sont réduits à peau de chagrin. Prenons l’exemple de l’accueil de la petite enfance. On dénombre à Bordeaux 2,94 places en crèche pour 1000 habitants, quand Lyon en compte 10,45, Strasbourg 12,81 et Paris 16,29.

Bordeaux a besoin d’un nouveau souffle, d’une politique plus ambitieuse : culture, sport, jeunesse, économie, transport, là doivent être les priorités du prochain maire de Bordeaux.

À suivre…

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION