Agissons pour le respect, les droits et la régularisation des salariés sans papiers.


Rassemblement lundi 7 JUILLET 2008 17h30 devant la préfecture!

Les organisations signataires témoignent de leur pleine solidarité aux travailleurs Sans Papiers et continueront de s’engager pour leur régularisation.
Dans de nombreux secteurs, leurs syndicats sont confrontés quotidiennement à des situations où des travailleurs embauchés irrégulièrement se trouvent en grande difficulté pour faire valoir leurs droits les plus élémentaires et sont soumis au chantage de l’expulsion.
De plus, de trop nombreux patrons utilisent les salariés immigrés, en particulier Sans Papiers, pour peser sur les salaires et les conditions de travail de tous. C’est une délocalisation sur place : ou bien ils font fabriquer dans des pays “à bas coût ” , ou bien ils le font dans des ateliers clandestins, des sous-sols de nos villes…

Les organisations signataires témoignent de leur pleine solidarité aux travailleurs Sans Papiers et continueront de s’engager pour leur régularisation.
Dans de nombreux secteurs, leurs syndicats sont confrontés quotidiennement à des situations où des travailleurs embauchés irrégulièrement se trouvent en grande difficulté pour faire valoir leurs droits les plus élémentaires et sont soumis au chantage de l’expulsion.
De plus, de trop nombreux patrons utilisent les salariés immigrés, en particulier Sans Papiers, pour peser sur les salaires et les conditions de travail de tous. C’est une délocalisation sur place : ou bien ils font fabriquer dans des pays “à bas coût ” , ou bien ils le font dans des ateliers clandestins, des sous-sols de nos villes…
Les délinquants ne sont pas les salariés immigrés qui triment dans des métiers dangereux, sales, et mal payés et qui sont aujourd’hui menacés de licenciement, voire d’expulsion.
Au contraire, ce sont ceux qui les emploient ou les laissent employer dans de telles conditions. Pourquoi le Medef reste-t-il étrangement muet sur le sujet ?
Mais beaucoup d’autres Sans Papiers travaillent au vu et au su de tous, souvent depuis de longues années, remplissant tous leurs devoirs de travail et de cotisations sans pouvoir accéder à la protection sociale.
Ainsi l’immense majorité des étrangers sans papiers vivant en France sont des salariés.
La politique gouvernementale cherche pourtant à stigmatiser les étrangers pour masquer les reculs sociaux et faire passer sa politique d’ “immigration choisie” qui se traduit par des expulsions massives. C’est inacceptable et nous le condamnons.
 
Les procédures d’examen au cas par cas par les Préfectures de la situation de ces travailleurs se limitent à des considérations d’utilité économique, réduisant la personne à sa seule valeur marchande et ignorant les liens familiaux de ces salariés dans notre pays. Elles ouvrent la porte à l’arbitraire et l’injustice.
Elles contribuent enfin à accroître la situation de dépendance du salarié à son employeur et le chantage éventuel à l’expulsion.
 
Nous réaffirmons plus que jamais notre revendication auprès des pouvoirs publics et du gouvernement que tous les travailleurs immigrés Sans Papiers puissent bénéficier d’une régularisation de leur situation.
 
Pour cela, les organisations signataires appellent leurs adhérents et sympathisant à accueillir et soutenir le plus vigoureusement possible les salariés Sans Papiers en lutte pour leur régularisation.
 
 
Premiers signataires : AC! Gironde; ASTI; CIMADE; Collectif pour l’Egalité des Droits rive droite; F.S.U 33; L.D.H 33; LCR 33; MJS; M.J.C; P.C; P.S; RESF 33; U.E.C; U.N.S.A.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION