Quand les jeunes sont à fond dedans


Aqui.fr 11 mars 2010

Souvent plus mobilisés et politisés que leurs aînés, la campagne électorale pour les régionales repose en grande partie sur eux. C’est particulièrement le cas au du Front National de la Jeunesse (FNJ) et au Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS), où les jeunes se préparent activement, tractent, militent, font du porte-à-porte. De nuit, ils se déplacent, à l’affût d’un espace libre pour y poser leurs affiches. Chacun son repaire : l’affiche d’Alain Rousset bat tous les records sur le campus tandis que les frontistes concentrent leurs efforts sur la petite couronne de Bordeaux, Pessac, Talence…

Sur les marchés, on distribue les programmes, on commente, on montre qu’on n’est pas d’accord. Opposés par les idées, le hasard les fait parfois se retrouver même heure, même endroit, face à face.

Le MJS « ne pense qu’à ça » !
Le 30 janvier, au palais des Congrès de Bordeaux Lac, les jeunes socialistes « faisaient du bruit ». Pour le premier meeting d’Alain Rousset, les drapeaux et les voix du Mouvement des Jeunes Socialistes (MJS) portaient leur candidat. Depuis, le MJS Gironde redouble d’initiatives pour soutenir la tête de liste. Tous les mercredis, les jeunes socialistes organisent des porte-à-porte sur le village universitaire (Saige…) pour sensibiliser les jeunes aux élections et à l’abstention. Et quand ils ne tapent pas aux portes, ils manifestent « contre l’identité nationale, pour l’identité internationale ». Bref, ils ne pensent qu’à ça ! Dernier exemple en date, l’opération « Régionales J-15 : Campagne d’information et de sensibilisation » des Jeunes Avec Alain Rousset. Samedi 27 mars, le MJS sillonnait les bars de Bordeaux et Dax pour distribuer des préservatifs « Aquitaine, les jeunes ne pensent qu’à ça ». L’Aquitaine vous protège, tel est le message que diffusent les jeunes militants socialistes quand ils parlent du bilan et des projets d’Alain Rousset. Et ils font une promesse : recommencer à J-8 ! Juliette Perchepied, animatrice fédérale des Jeunes Socialistes 33 donne le ton de cette initiative : « Car nous n’espérons qu’une chose, que les 14 et 21 mars prochains, les jeunes ne pensent qu’à ça … ne pensent qu’aux élections régionales »

Au FNJ, on travaille jour et nuit pour Colombier.
La permanence du FN est leur QG. Tous jeunes adhérents au FNJ ou déjà bien rôdés, militants dans des associations ou des syndicats comme Forum Etudiant, les jeunes du FN ont un objectif : aider Jacques Colombier à obtenir le meilleur score. Ensemble, ils fixent leurs actions : distribution des programmes dans les boîtes aux lettres, tractage sur les marchés, collages sur Mérignac, Arcachon… Dimanche 14 mars, 10h30, les militants du Front National des Jeunes de Bordeaux tractent jusque dans le Libournais. Le secrétaire régional du FNJ Aquitaine, Etienne Bousquet-Cassagne et deux militants du FNJ viennent porter main forte à la tête de liste Jacques Colombier : « Nous avons un bon retour sur les marchés ! Le weekend dernier, on tractait sur Pessac ; aujourd’hui, on est à Libourne et la semaine prochaine, on ira sur le bassin ». Mais la nuit aussi, « le noyau dur » des jeunes du FN travaille pour leur candidat. Mercredi soir, une trentaine d’affiches dans le coffre, vers 22 heures, ils partent en « expédition collage ». Sur les allées Clémenceau à Bordeaux, sur le campus universitaire de Talence, et même sur l’avenue Jean Jaurès de Pessac, ils passent, ils collent ! Deux ou trois minutes suffisent pour porter les affiches et les slogans du FN : « Défendons nos couleurs », « Râler c’est bien… Voter c’est mieux !». Dans trois jours, ils repasseront pour rendre leur candidat toujours bien visible.

Julien Gonzalez et Julien Vallet.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION

Centre de préférences de confidentialité

WordPress

Ce sont les cookies générés par notre système de gestion de contenu. Il ne recueille aucune donnée.

90plan, 90planBAK

Statistique

Nous utilisons Google Analytics à des fins analytiques.

_ga, _gat_gtag_UA_104410158_1, _gid

Commentaire