Anti-CPE Premier appel


20 minutes relaie l'appel à la mobilisation contre le CPE lancé par le MJS
le 20 janvier 2006

La pilule du CPE ne passe pas toute seule

Les jeunes vont-ils faire un sort au contrat première embauche (CPE), comme ils l’avaient fait au smic jeunes d’Edouard Balladur,en 1994 ? C’est ce qu’espèrent une douzaine d’organisations étudiantes et lycéennes de gauche – Unef, jeunes CGT, MJS, MJC, SUD-Etudiant, JCR, Unsa-Jeunes, jeunes Verts – qui ont appelé hier à la mobilisation générale pour son retrait.

Destiné aux jeunes de moins de 26 ans, ce contrat à durée indéterminée, concocté par Dominique de Villepin, peut être résilié par l’employeur sans justification, pendant les deux premières années, et quelle que soit la taille de l’entreprise. Dénonçant un « choix de civilisation » où « tous les droits acquis de haute lutte par nos aînés seraient sacrifiés », les organisations entendent constituer « des collectifs locaux de mobilisation ». Annonçant une semaine d’action du 30 janvier au 4 février, elles ont lancé un appel aux syndicats CGT, CFTC, FO, CFDT, Unsa et FSU. Ces derniers ont aussitôt répondu présent. L’Unsa a évoqué la défense d’« une génération prise de plein fouet », tandis que FSU s’est inquiété « pour l’avenir des jeunes ». FOet laCFDT se sont dits « prêts » à se mobiliser, de même que la CGT.
Angeline Benoit

REGRET Jacques Voisin, de la CFTC, a estimé hier que les syndicats ne s’étaient « pas assez battus contre le contrat nouvelles embauches, qui a fusillé le Code du travail »,et ouvert la voie à « une deuxième version, le CEP ».

20 minutes, le 20 janvier 2006

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION