Compte rendu d’Assemblée Générale fédérale

Le 26 novembre dernier les jeunes socialistes de la Gironde ont organisé une assemblée générale avec Martine Jardiné, vice-présidente du Conseil général en charge du Logement, de l’Habitat, du Développement Social, de la Précarité et de l’Insertion et présidente de Gironde Habitat. Ce fut l’occasion pour nous d’échanger avec elle sur les enjeux départementaux en matière de logement, et particulièrement de logement social.

Le Département de la Gironde a fait le choix de lier la thématique du logement à sa compétence sociale. Ce rôle lui permet d’assurer l’équilibre territorial en prenant en compte les disparités des besoins entre milieu urbain et milieu rural. Dans ce cadre, Martine Jardiné a rappelé l’objectif de faire des logements « triple A », c’est à dire triplement accessibles : à la fois au niveau du coût, des transports et des services publics.

Le Département se donne pour objectif de relever les différents enjeux du logement social aujourd’hui :

-Promouvoir une offre diversifiée, adaptée à la pluralité de notre société (logement des étudiants, des personnes âgées ou handicapées, logement participatif, accession etc.)

-Proposer des logements neufs de qualité et écologiques, tout en gardant à l’esprit le fort enjeu lié à la rénovation du parc déjà existant.

-Travailler en relation avec les élus et les différents acteurs du territoire afin de changer l’image souvent négative que peut porter le logement dit social. A ce titre, Martine Jardiné nous a rappelé que 75% de la population girondine était éligible au logement social (selon la palette très large des conventions disponibles : PLAI, PLS etc.)

Mais la question du logement consiste aussi à répondre à une urgence sociale immédiate : c’est pourquoi le Département a acheté, à ce jour, 26 maisons en bois construites par Emmaüs, afin de pouvoir proposer une solution de logement d’urgence aux plus démunis.

Pour mener à bien ses missions, le Département compte sur les subventions de l’État dont les efforts sont importants mais insuffisants : la Gironde reçoit ainsi 12 millions d’euros d’aides de l’État par an, et 7 millions supplémentaires pour les fonds au logement social (qui fournissent une aide pour l’accès et le maintien au logement).

Malgré le contexte économique difficile, des avancées significatives ont cependant été réalisées : le plan départemental de l’habitat (PHD) a permis de sécuriser l’accès au logement, l’État met à présent à disposition son immobilier inoccupé (à Mérignac, un lotissement inoccupé de la Direction générale de l’aviation civile a été attribué à des familles en situation de mal-logement) etc.

Des débats enrichissants qui ont permis d’approfondir les enjeux de l’une des compétences sociales essentielles du Département qu’est le logement.

Pour la reconnaissance d’un Etat palestinien

Le 30 octobre dernier, la Suède reconnaissait l’Etat palestinien. C’est le premier pays de l’Union européenne à prendre une telle décision, entraînant un questionnement chez les autres pays membres. C’est ainsi qu’à l’initiative du groupe socialiste de l’Assemblée nationale sera présenté aujourd’hui un texte appelant le Gouvernement à reconnaître l’Etat palestinien dans ses frontières de 1967.

Les jeunes socialistes de Gironde ont sollicité cette semaine les députés girondins pour les encourager à engager la France dans un processus de paix en votant favorablement cette résolution. Seul le Gouvernement est en capacité de faire reconnaître un pays et seul le Conseil de Sécurité de l’ONU peut faire reconnaître un Etat sur la scène internationale, mais la reconnaissance officielle de la Palestine par l’Assemblée nationale représenterait un acte politique et diplomatique fort. En effet, le Gouvernement serait incité à suivre sa majorité parlementaire et par conséquent à reconnaître à son tour l’Etat palestinien.

Aussi, si la France se positionnait comme favorable à la reconnaissance de la Palestine, elle serait le deuxième Etat membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU à avoir fait ce choix. Cela pourrait inciter les autres membres permanents, notamment les Etats-Unis à revoir leur position sur le sujet.

Les conditions pour former un Etat palestinien sont aujourd’hui présentes. Celui-ci réunit en effet un territoire, un peuple et un gouvernement. Nous sommes convaincus que cette étape est nécessaire pour engager un processus de paix, et que le moment est venu pour la France de reconnaître la Palestine non plus comme une simple autorité, mais comme un Etat souverain.

Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes

Parce que chaque année, 216 000 femmes sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire et que 86 000 femmes sont victimes de viol ou de tentatives de viol, les jeunes socialistes de la Gironde tiennent à rappeler que l’égalité entre les femmes et les hommes est un combat quotidien, qui doit être mené autant par la loi que dans les têtes.

Les violences faites aux femmes constituent l’une des manifestations les plus criantes et les plus dramatiques des inégalités de genre. Face aux comportements réactionnaires, la meilleure réponse doit être la fermeté dans la sanction des violences, la protection des victimes et la lutte contre les stéréotypes.

Pour favoriser l’efficacité du système judiciaire et soutenir les femmes qui engagent des poursuites, il est nécessaire de renforcer la sensibilisation et la formation du personnel judiciaire aux violences dont souffrent les femmes.

Les dispositifs de protection des victimes doivent être améliorés, notamment par la création de lieux d’assistance.

Face aux mouvements rétrogrades qui combattent l’égalité à l’école, nous réaffirmons la nécessité d’enseigner la lutte contre les stéréotypes de genre dès le plus jeune âge pour prévenir les violences à l’âge adulte.

Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours.

Vinci / Bordeaux : de juteux partenariats pour la société privée

Quelques jours à peine après l’annonce du maire d’augmenter les impôts dans sa ville, l’opposition socialiste à Bordeaux a déniché une information étonnante.

La gestion / l’exploitation du parking des Grands Hommes a été confiée, en 1988, à la Société Vinci. Le contrat, équitable à l’époque, prévoyait que soient reversés à la Ville la moitié des bénéfices engrangés par la société. 
Ce contrat prend fin en 2005, et Alain Juppé laisse alors libre l’exploitation du parking, permettant ainsi à Vinci d’accumuler en 9 ans 5,6 millions d’euros de bénéfices net !
 Dans le même temps, la société ne reversera à la Ville que… 152 € par an au titre de l’occupation du domaine public.

Alors que la Ville de Bordeaux s’apprête à reverser 6,5 millions d’euros par an à Vinci au titre du loyer du grand stade, la société a trouvé dans la ville centre de l’agglomération un juteux partenariat. 
Le groupe socialiste s’apprête, pour rendre l’argent aux Bordelais, à demander à Alain Juppé la renégociation du contrat. S’il refusait, les élus d’oppositionpourraient saisir la justice administrative.

VisuelWeb

Réaction des Jeunes Socialistes suite à la démission du Gouvernement Valls 1

Les Jeunes Socialistes de Gironde ont réagi ce matin sur l’antenne de France Bleu Gironde suite à la démission du gouvernement Valls 1. Retrouvez ci-dessous l’intervention de Camille, animatrice fédérale et Simon, secrétaire fédéral à la communication.

” Arnaud Montebourg, Benoit Hamon et Aurélie Filippetti étaient trois ministres qui donnaient un peu d’ambition à la gauche dans ce gouvernement, un peu d’espoir, et qui avaient malgré tout réussi à infléchir la politique du gouvernement, comme les arbitrages budgétaires que Benoit Hamon avait pu obtenir sur l’éducation nationale pour sauver les 60 000 postes. ”

Camille Hollebecque – Animatrice fédérale du MJS en Gironde

Camille

 

Simon

 

 

Camp d’été des Jeunes Socialistes : Bouge ta gauche !

bandeau-cejsDu jeudi 17 au dimanche 20 juillet, les jeunes socialistes de la Gironde se sont rendus dans la Creuse pour Participer au camp d’été “Bouge ta gauche”. Une première du genre qui nous a permis d’apprendre, d’échanger et de débattre avec nos quelque 200 camarades du reste de la France, pour affirmer nos idées et montrer que la jeunesse de gauche est plus que jamais mobilisée pour inventer l’avenir à gauche.47 ateliers de travail ont rythmé nos journées, sur des thèmes variés comme la démocratie, l’histoire, l’écosocialisme (des fiches de résumé seront produites par les rapporteurs de chaque atelier). Ces moment d’échanges et de formation nous ont permis à la fois d’élargir notre champs de connaissances, de proposer des idées nouvelles et d’affirmer nos positions en tant que jeunes socialistes.

Si un ensemble très vaste de thématiques ont pu être traitées lors de ce camp d’été, deux sujets d’actualité ont cristallisé les débats : TAFTA et le conflit Israélo-palestinien.

– La position des jeunes socialistes concernant le traité de libre échange entre l’Europe et les Etats-Unis (TAFTA) est claire : il n’est pas envisageable de soutenir un accord qui remettrait en cause nos acquis sociaux et nos normes environnementales, et il n’est pas soutenable qu’un tribunal arbitral profitable aux grands groupes industriels vienne briser notre fonctionnement démocratique. Nous, jeunes socialistes réaffirmons donc la nécessité d’une transition en profondeur vers un système écososialiste, en rupture avec le capitalisme néolibéral, et pour un développement plus respectueux de l’homme, de son environnement et de la démocratie.

– Le conflit au Moyen-Orient entre Israël et la Palestine doit également nous mobiliser. D’aucune façon cette crise majeure ne pourra se résoudre par le conflit armé, et les jeunes socialistes lancent un appel pour la reprise des négociations dans le but d’engager un processus de paix durable. Cela devra passer par un respect mutuel et des accords bilatéraux : l’arrêt des tirs de roquettes et frappes aériennes, l’arrêt de la colonisation par Israël et la reconnaissance d’un Etat Palestinien, la négociation sur de nouvelles frontières et la reconnaissance de l’Etat d’Israël par ses pays voisins.

Parallèlement à cette dynamique de travail, le camp d’été des jeunes socialistes a également été un moment de détente et de convivialité : baignade dans le lac, activités sportives, soirée dansante etc. Ce sont par ses moments qu’il est possible à la fois de renforcer notre cohésion de groupe et de remotiver notre engagement militant.

Le camp d’été s’est achevé par une plénière et par l’adoption d’une déclaration générale rédigée suite à ces 4 jours de travail. Ce texte sera présenté lors des universités d’été du PS et du MJS à la fin du mois d’aout et sera un socle pour notre participation aux états généraux de la famille socialiste à partir du mois de septembre.

Retrouvez la déclaration http://www.jeunes-socialistes.fr/2014/07/declaration-du-camp-dete-des-jeunes-socialistes/

 

Nomination de Jacques Toubon : Courrier à Alain Anziani, Sénateur de la Gironde

Nommé par les chambres parlementaires à la majorité des trois cinquièmes, sur proposition du Président de la République, le Défenseur des droits est chargé de veiller à la protection des droits et libertés et de promouvoir l’égalité. Or Jacques Toubon s’est fait plusieurs fois remarquer pour des prises de positions consternantes et rétrogrades, votant notamment contre la dépénalisation de l’homosexualité et pour l’amnistie des commandos anti-IVG condamnés par la Justice en 1995.

Constatant que les prises de position de M. Toubon vont systématiquement contre la progression des droits, nous remettons en cause sa capacité à les défendre, et appelons les parlementaires concernés à voter contre sa nomination, dans le cas où François Hollande confirmerait ce choix.
Nous avons contacté Alain Anziani (ci-dessous). Il s’est montré favorable à cette démarche et nous a assuré de son opposition à cette nomination.

Courrier MP