Electeurs et électrices de gauche, mobilisons nous dimanche !


ImageVoilà un mois que Nicolas Sarkozy est devenu président de la République. Un président qui a gardé la même méthode que le candidat: donner l’impression d’aller vite, d’agir bien, de répondre aux maux des Françaises et des Français.

Et pourtant… Ce premier mois a donné l’occasion d’entrevoir un peu mieux la France que souhaite Nicolas Sarkozy. Par exemple, le crédit d’impôts sur les intérêts d’emprunt : 5 milliards d’euros. C’est cinq fois le budget actuel des universités. C’est l’équivalent de 42 000 logements sociaux. Et nous savons à qui bénéficieront ces intérêts d’emprunts, en grande partie : à 10 % des ménages qui détiennent 50 % du patrimoine.

Et pourtant… Nicolas Sarkozy ne va pas vite, il tourne en rond: il nous annonce dans quelques semaines une nouvelle loi sur l’immigration, une de plus. Comme si les précédentes n’avaient pas été efficaces, comme si les précédentes n’étaient peut-être pas des solutions à cette question complexe mais de la poudre aux yeux.

Et pourtant… Le 6 mai n’a pas suffit à assouvir la soif du candidat permanent. Après l’Elysée, le Conseil Constitutionnel, la Cour des comptes, le CSA, TFI, et plusieurs grands groupes de presse, Nicolas Sarkozy voudrait priver de débat démocratique le dernier espace qui le permettra les 5 prochaines années: l’Assemblée Nationale.

Bien avant le 6 mai, bien avant cette victoire politique, Nicolas Sarkozy a remporté une victoire idéologique. Non que la société française se soit droitisée comme certaines le prétendent, mais le tank UMP a su mener et remporter une véritable bataille culturelle et idéologique.

Voici notre devoir pour les années à venir: construire le socialisme du 21ème siècle. Ce devoir, il commence dès dimanche 10 juin: nous avons besoin de députés de toute la gauche pour construire une alternative solide face à cette UMP destructrice du tissu social. Ne nous privons pas dimanche de cette tribune politique majeure que constitue l’Assemblée Nationale. Nicolas Sarkozy voudrait nous faire croire que tout est joué d’avance, que la prochaine véritable élection, c’est la présidentielle de 2012. Plus de 17 millions de Françaises et de Français ont voté pour Ségolène Royal le 6 mai dernier. Nous n’avons pas le droit, pour ceux qui souffrent et pour les jeunes, de partir battus d’avance. Plus que jamais, le devoir de victoire est le moteur de notre engagement aux côtés de nos camarades candidats. L’objectif n’est pas de limiter les dégâts mais bien de porter une majorité socialiste et de gauche au soir du 17 juin 2007. Notre génération a tout à perdre d’une victoire de la droite.

Nous l’avons bien compris, particulièrement en Gironde comme en témoignent les résultats de la gauche aux dernières élections. Plus que de la résistance, c’est le progrès de la gauche que nous devons opposer à une droite qui se voudrait toute puissante. Dans les 11 circonscriptions de la Gironde, assurons dimanches 10 et 17 juin les victoires de nos candidats et candidates. Electeurs et électices de gauche, mobilisons nous dimanche!

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION