Pétition contre le projet de loi Sarkozy de “prévention de la délinquance”


Image

Le projet de loi de «prévention de la délinquance » présenté par Nicolas Sarkozy a été adopté au Sénat et sera examiné à l’Assemblée Nationale à partir du 21 novembre. Ce texte est inefficace, dangereux,  populiste et liberticide : il doit provoquer une mobilisation citoyenne sans précédent pour la défense des libertés. Le temps est venu de mettre un coup d’arrêt au ministre de l’Intérieur. Il ne peut plus continuer à taper dans le tas ainsi pour cacher son inefficacité. Son populisme pénal ronge la République, son délire sécuritaire fait exploser la violence.

Cette loi n’a rien à voir avec la prévention de la délinquance, il suffit d’en connaître quelques mesures pour s’en convaincre :

         Obligation de délation pour les travailleurs sociaux

         Possibilité pour le maire de mettre sous tutelle les allocations familiales à la place des juges

         Alignement des sanctions des mineurs sur celles des majeurs, qui va amener plus de mineurs en prison, à l’école de la récidive

         Fichage des enfants…

 

Stigmatiser les classes populaires, surveiller les populations, contrôler les familles, pénaliser la misère. Après « les infractions de la pauvreté » de  la loi sécurité intérieure du 18 mars 2003 (mendiants, prostitués, nomades, étrangers..), dans la loi de « prévention de la délinquance » il n’y a plus de frontière, entre absentéisme scolaire et problèmes sociaux, suppression ou mise sous tutelle des allocations familiales et travail d’intérêt général, on incarcère les malades et on hospitalise les délinquants, on judiciarise l’aide sociale et les maires deviennent des shérifs.

 

Nous n’ignorons pas l’émergence d’une société qui n’a jamais été aussi violente. Encore pourrait-on discuter longuement de la nature de cette violence, certes physique mais aussi économique, sociale, institutionnelle et qui pousse les mineurs à fuir la police dite de « la République »  y compris lorsqu’ils n’ont rien à se reprocher, au risque de mourir électrocutés pour se cacher. 

 

Nous refusons cette fuite en avant où la répression alimente la violence.

Le MJS Gironde organise une semaine d’action et lancera la mobilisation dans le département mardi 14 novembre à partir d’une pétition appelant au retrait du projet de loi de prévention de la délinquance.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION