La Rochelle 2010 !

Délégation Gironde La Rochelle 2010

Délégation Gironde La Rochelle 2010

15 Jeunes Socialistes se sont rendus aux Universités du PS et MJS ce dernier week end d’aout.

L’ambiance était aux débats durant la journée autour de grandes idées comme l’allocation d’autonomie, la révolution fiscale, le nouveau modèle agricole et numérique, etc. Le but est simple: créer le projet de la gauche dans la perspective de 2012.

Le soir venu, l’ambiance se décontractait lors du dîner en présence notamment de Martine Aubry, Benoit Hamon et Ségolène Royal chantant une chanson d’anniversaire d’une camarade MJS.

Les jeunes socialistes de la Gironde ont pu rencontrer en petit comité durant ce week end Alain Rousset -Président de la Région Aquitaine-, Ludovic Freygefond -Premier secrétaire fédéral de la Gironde-, Martine Aubry ou encore Daniel Mitterand présentant son association France Libertés.

l’Aquitaine reste à gauche pour les quatre ans qui arrivent !

Voici les résultats officiel des élections régionales en Aquitaine au soir du 21 mars 2010 :

La liste d’union de la gauche menée par Alain Rousset est largement élue ! Elle rassemblait la quasi-totalité des forces de gauche, PRG, MRC, Europe Ecologie et le Front de Gauche.

Merci à tous les militants qui ont parcouru le terrain depuis plus de deux mois pour convaincre chaque jeune d’aller voter !

Liste conduite parVoix% ExprimésSièges
M. Xavier DARCOS (LMAJ)320 10228,0117
M. Jean LASSALLE (LCMD)178 85215,6510
M. Alain ROUSSET (LUG)643 76456,3458

Aquitaine/sondage : Rousset en tête

Lefigaro.fr

25/02/2010

Le président (PS) sortant du conseil régional d’Aquitaine, Alain Rousset, arrive en tête des intentions de vote (31%) au premier tour des régionales, selon un sondage Ifop pour Sud Ouest publié cet après-midi sur le site internet du quotidien régional. La liste socialiste devance la liste de la majorité présidentielle menée par Xavier Darcos (24%), la liste MoDem menée par Jean Lassalle pour le Modem (12%) et la liste Europe Ecologie menée par Monique de Marco (11%).

Sondage réalisé auprès de 704 Aquitains interviewés par téléphone selon la méthode des quotas.

à la pêche aux électeurs

Le Mouvement des jeunes socialistes était samedi sur le marché pour distribuer des tracts et inciter à voter Rousset dès le premier tour.

Que la politique est donc compliquée en France ! C’est qu’on a bien du mal à s’y retrouver entre toutes ces élections, tous ces Conseils régionaux et généraux ! Il suffit de faire quelques pas avec les militants du Mouvement des jeunes socialistes (MJS) sur le marché de la Teste-de-Buch ce samedi matin pour s’en rendre très vite compte…

Ils sont six ou sept les bras chargés de tracts et d’imprimés. Il fait beau, mais froid : le soleil ressemble à une boule glacée jaune et blanche dans le ciel bleu. Les gants sont interdits : comment tirer un tract de la pile avec des gants ?

Tracter pour les élections régionales n’a rien de simple. Et ces jeunes militants s’en rendent vite compte. Nous voilà à la terrasse du café du marché.

Et le nucléaire alors ?

Le dialogue s’engage avec deux jeunes qui apostrophent les jeunes socialistes sur le nucléaire et sur ce que fait la Région à ce niveau : «- Mais Blaye, la centrale, c’est bien en Aquitaine quand même !

– Oui, mais l’énergie n’est pas une compétence de la Région ! »

Pas facile donc… Gauthier, 22 ans, secrétaire général des MJS Gironde, raconte à quel point c’est parfois dur la vie de militant : « Les gens sont en effet peu concernées par les élections régionales. Le premier objectif, c’est qu’ils retiennent le nom d’Alain Rousset, et ce n’est pas toujours gagné. » Fabien, 25 ans, au MJS depuis six mois, est bien d’accord : « Les gens ont du mal à décrypter les enjeux de ce scrutin. Alors on essaie d’expliquer sur le marché pourquoi ces élections sont si importantes, mais c’est très compliqué. Faire comprendre de quoi la Région est responsable, exposer le bon bilan d’Alain Rousset parce la population ne connaît pas bien les compétences du Conseil régional… »

Pas d’anti-sarkozysme ?

Alors comment faire ? Chacun a sa technique. Prenez Stéphane, 23 ans et au MJS depuis un an, il fait comme ça : « D’abord, je me concentre sur le nom d’Alain Rousset. Que les gens le retiennent. Ensuite, je parle du bilan en citant des exemples concrets. Pour les jeunes, je parle du festival des lycéens créé par la Région, et de tout ce que le Conseil régional a fait pour le logement étudiant. Mais même comme ça, ça peut leur paraître parfois un peu lointain. »

Et donc pas d’anti-sarkozysme systématique sur le marché : « Non, et c’est nouveau c’est vrai, répond Magali Tissier, 34e sur la liste d’Alain Rousset en Gironde (et donc sûre et certaine de ne pas être élue). Par le passé, les MJS tapaient beaucoup sur l’adversaire. Pas là. Alain Rousset a un tel bilan qu’il n’est pas nécessaire de perdre notre temps à critiquer le camp adverse. Nous sommes les sortants. »

Reste qu’ils n’oublient pas quand même de parler de Xavier Darcos comme « d’un candidat invisible », dans la campagne comme lors des sessions du Conseil régional.

Rousset vs Darcos, bilan et programme vs incompétence et ignorance des dossiers

Nous nous demandions récemment si Xavier Darcos faisait campagne pour les élections régionales, la réponse est désormais évidente, pourquoi faire campagne quand on a un adversaire plus compétent avec un bon programme.

Lors du débat entre Monsieur Rousset et Monsieur Darcos, nous avons eu le plaisir d’assister à un cours particulier du premier par rapport au second, il faut même aider le ministre à « potasser les dossiers », un document de l’Insee lui a donc été donné par un Rousset beau joueur au début du débat. Dommage que ce dossier n’ai pas été donné plus tôt, connaître des chiffres quand on confronte des projets, ça peut être utile, il n’est jamais agréable de se faire corriger quand on tente vainement de placer un argument. Plus grave, le pauvre Ministre semble même être ignorant de son programme, s’il en a un, car quand on l’interroge sur une politique culturelle, il est juste incapable de formuler une proposition.

Darcos, qui a déclaré ne pas vouloir devenir un « apparatchik national », en a donc au moins l’attitude puisqu’il s’est montré complètement incompétent et ignorant des dossiers aquitains, ce qui est d’autant plus gênant qu’il est un élu de cette même région. En quoi un mandat local est il utile quand il n’est pas exercé? En quoi cette politique de la chaise vide légitime des responsabilités nationales?

D’ailleurs on s’interroge aussi sur la responsabilité nationale de monsieur Darcos, on nous a dit qu’il était Ministre, membre du gouvernement Fillon, mais apparemment non. Quand on lui parle du coût des campagnes de communication du gouvernement et des sondages de l’Elysée, Darcos s’en déclare non responsable, il rejette la faute sur Fillon et Sarkozy! Surprenant, attaquer les deux têtes de l’exécutif, tout le monde à droite ne l’oserait pas à part Dominique de Villepin.

C’est donc face à un adversaire, qui n’était visiblement pas à la hauteur, que Rousset à pu détailler son bilan. D’abord en matière universitaire avec un milliard d’euro pour l’enseignement supérieur depuis qu’il est président de région avec la rénovation du campus. En matière industrielle et économique, la Région a lutté face aux délocalisations et à la reconstruction d’entreprises, comme en témoigne l’exemple de Turbomeca. En matière de développement des infrastructures, Alain Rousset a développé réseau TER, LGV et autoroutes entre Pau et Bordeaux). Enfin, l’Aquitaine a divisé par deux sa dette. C’est donc un bon bilan que même le candidat Darcos approuve, il le répète souvent « je suis d’accord ».

C’est aussi un bon programme que Rousset va pouvoir mettre en avant, développement de politiques industrielles, la continuation des investissements pour développer des infrastructures respectant l’environnement, la mise en place pratique du plan campus, un investissement massif dans sur le domaine universitaire de l’UPPA l’installation d’une école d’ingénieur sur le campus de bordeaux.

Breaking news : Xavier Darcos votera pour Alain Rousset aux prochaines régionales !

Xavier Darcos Quel bulletin mettra le candidat UMP dans l’urne en mars prochain ? Après le débat entre le président du Conseil Régional d’Aquitaine et le Ministre du Travail hier à l’IEP de Bordeaux, la question aurait-elle trouvé sa réponse ? Face à Alain Rousset résolument en campagne, le candidat Darcos faisait en effet pâle figure. Alors qu’Alain Rousset détaillait les politiques mises en œuvre par le Conseil Régional durant le mandat en cours, le candidat de droite a salué à plusieurs reprises les « bonnes initiatives » – ce sont ces termes – de la majorité socialiste. Le projet de Darcos pour l’Aquitaine semble au contraire bien peu ambitieux… Il faut dire que le candidat se heurte à la complexité des dossiers aquitains et lorsque Alain Rousset l’invite à s’y pencher de manière un peu plus sérieuse, il explique qu’il est « obligé de les potasser ». A l’évidence Xavier Darcos est bien plus préoccupé par les dossiers du ministère que par la vie quotidienne des aquitains dont il ignore à peu près tout ! Il est vrai qu’il est désormais bien loin du territoire aquitain depuis sa défaite lors des municipales de 2008 face à Michel Moyrand à Périgueux. Un coup dur pour notre ministre…

« Je suis incompétent dans ce domaine », déclare Xavier Darcos lorsqu’on lui demande de répondre aux développements d’Alain Rousset sur la dette de l’Etat. Confession qui a de quoi surprendre de la part d’un candidat qui reprochait à la majorité socialiste sa mauvaise gestion budgétaire ! Incompétent, Darcos l’est sur de nombreux autres dossiers. Il dit d’abord ne pas vouloir parler des chiffres, tentant de masquer ainsi son ignorance. Il propose ensuite la constitution d’un pôle de compétitivité autour de la sylviculture alors que le projet a déjà été lancé par la majorité socialiste. Enfin lorsqu’on l’interroge sur ses projets en matière de culture, il semble d’abord de pas comprendre la question avant de reconnaître qu’il n’avait pas envisagé la question, tout comme il n’a vraisemblablement pas envisagé de politique culturelle pour l’Aquitaine.

Confronté à la dure réalité de son incompétence avouée, de son manque d’ambition et de l’engouement dont il fait preuve à l’égard du bon bilan de la majorité socialiste, le ministre réfléchira semble-t-il longtemps dans l’isoloir… Il semble avoir compris que l’avenir de la Région Aquitaine est clairement du côté de son adversaire et qu’il n’aura pas assez de temps à consacrer aux nombreux dossiers aquitains. “Potasser” lui demande tant d’efforts ! C’est officiel Xavier Darcos votera donc Alain Rousset les 14 et 21 mars prochains !

La Campagne éclair de Xavier Darcos

Le candidat Darcos annonce qu’il compte faire une « campagne éclaire », et il tient cette promesse. C’est réellement une campagne éclaire, très éclaire. Ouverture de la permanence de campagne mi Janvier, publication (enfin) des listes UMP le 30 Janvier, premier grand meeting début février pour des élections dont le premier tour se tiendra le 14 Mars…

La campagne ne va donc certainement pas porter sur l’échange avec le citoyen, dans le format, ce n’est pas possible. C’est dans un « Marathon » que le Ministre du travail va se lancer, il sera présent en Aquitaine du Jeudi au Lundi. Discours de la méthode par Xavier Darcos, il faut savoir se montrer partout, dialoguer nulle part et proposer un programme déconnecté de la réalité des enjeux locaux. Une méthode qui aurait montré son efficacité à Périgueux? Il semble que non! Pour des élections locales, il faudrait donc être présent sur le terrain au contact des réalités? Surprenant! Mais surtout gênant pour le candidat Darcos qui reconnais lui même qu’il ne brille pas par sa présence au conseil régional, « C’est vrai qu’à partir du moment où j’ai été nommé ministre de l’éducation nationale, cela a été plus compliqué. »

Aujourd’hui, Ministre du travail, il va devoir traiter en parallèle de la campagne la délicate question des retraites, ce qui n’est pas sans causer des difficultés. D’une part, un enjeu aussi important devrait mobiliser un ministre à plein temps, ce qui n’est objectivement pas le cas lorsqu’on est candidat pour des élections aussi importantes que les régionales! D’autre part, un débat national porté par ce ministre risque de détourner les débats des véritables enjeux de ces élections pourtant nécessairement locaux.

Mais cette nationalisation des enjeux n’est pas seulement le fait du candidat Darcos, c’est aussi le fait de son gouvernement, de son parti, l’UMP, comme en témoigne le débat sur l’identité nationale lancée en parallèle de la campagne et qui vise à faire ressortir une fois encore les démons de l’insécurité, la peur de l’immigration. C’est le jeu du populisme et du nationalisme que l’UMP a choisit.

Le MJS Gironde s’engage donc à être vigilant quand à la teneur des débats. Nous réclamons une campagne portant sur les enjeux Aquitains, une campagne honnête tournée vers l’échange, le dialogue, la compréhension et affirmant les valeurs républicaines. Nous exigeons un débat pour le citoyen et dans le respect de celui ci.

C’est pourquoi nous défendons aux côtés d’Alain Rousset et de la liste Socialiste un programme audacieux, innovant, solidaire, écologique, un programme conscient des enjeux locaux. Nous défendons avec Alain Rousset un programme basé sur un bilan positif, en cohérence avec l’action politique menée jusqu’alors et qui veut et peut aller encore plus loin.