Débat en vidéo des jeunes de la gauche sur la santé, l’économie, l’éducation et l’Europe

Laura Slimani, animatrice fédérale du Mouvement des Jeunes Socialistes de Gironde ; Christopher Nunès, d’Europe Écologie Les Verts et ambassadeur d’Eva Joly pour 2012 ; Benjamin Regonesi, responsable des Jeunesses Communistes d’Aquitaine, étaient les invités du premier débat de “Débattre La Campagne”.

Retrouvez désormais des morceaux choisis de ce débat en vidéos, thème par thème : Économie, Éducation, Santé, Europe. Lire la suite

Un monde sans SIDA

«Nous ne pouvons laisser 10 ans d’acquis incontestables être remis en cause par la crise économique.» Bruno Spire, président de AIDES.

En ce 1er Décembre, journée mondiale de lutte contre le Sida, les Jeunes Socialistes de la Gironde sont au regret de vous informer que la lutte face à l’épidémie est sacrifiée sur l’autel de la dette. Sous prétexte de rigueur, la lutte face au VIH est abandonnée de manière cynique sous la pression de politiques libérales dogmatiques.

En Grèce, la crise Lire la suite

Lutter contre les violences faites aux femmes, un combat politique

En France, 75 000 femmes sont violées par an et plus de 150 meurent sous les coups de leur compagnon ou ex-compagnon. Selon l’enquête « Cadre de vie et sécurité » menée début 2007, par l’INSEE, les premières violences auxquelles les femmes sont confrontées sont les violences verbales telles que les injures et les menaces ; viennent ensuite les violences physiques, au sein du ménage ou à l’extérieur ; et enfin, les agressions sexuelles à l’extérieur et dans le ménage. Ces chiffres sont une constante dans la société française et les Jeunes Socialistes ne peuvent l’accepter. Lire la suite

Les Jeunes Socialistes contre la fraude présidentielle

Mardi 15 novembre 2011, le Président Nicolas Sarkozy sera à Bordeaux, ville désertée par son maire devenu ministre Alain Juppé. Un déplacement et un discours placés sous le signe de la lutte contre la fraude sociale, une provocation supplémentaire pour les Français.

Invitation envoyée aux chefs d'entreprises bordelais

Lire la suite

Les Jeunes ne paieront pas la crise ! Le 15 octobre, journée internationale des Indignés

Les Indignés espagnols. Source : www.jeunes-socialistes.fr

Les Jeunes Socialistes de Gironde seront samedi 15 octobre à 11h30 place Jean Moulin à Bordeaux, aux côtés de nombreuses organisations de jeunes pour répondre à l’appel des Indignés espagnols.

Alors que la crise actuelle a pour origine l’attitude irresponsable du monde de la finance et un modèle néolibéral basé sur la consommation à outrance, les gouvernements européens enfoncent le clou en mettant en place des politiques d’austérité dont les jeunes font les frais en première ligne.

Alors que nous avons besoin de nouvelles solidarités entre les peuples, de services publics qui protègent et de politiques de relance ambitieuses, nos gouvernements ignorent le cri des jeunes et n’écoutent que les agences de notation.

Alors que nous voulons une Europe sociale, solidaire et politique, les gouvernements européens, appuyés par le Fonds Monétaire International et de la Banque Mondiale, imposent des politiques qui asphyxient l’ensemble de la société et installent durablement le chômage de masse et la précarité.

Règle d’or, réduction des dépenses publiques, gel et baisse des salaires, augmentation des taxations les plus injustes (TVA), absence de politique de l’emploi sont en train de faire des jeunes une génération sacrifiée que nous refusons d’incarner.

A ces politiques injustes et inefficaces nous opposons des solutions qui existent :

  • le parcours d’autonomie, pour permettre à chaque jeune de bénéficier d’une formation et construire un avenir pour la France
  • la création de 200 000 emplois verts d’avenir pour les jeunes qui relanceront la croissance
  • une politique ambitieuse de réindustrialisation de l’Europe
  • mettre fin à la concurrence déloyale des pays ne respectant pas certaines normes environnementales et sociales en leur imposant une taxe spécifique
  • taxer les revenus du patrimoine et du capital au moins autant que ceux du travail
  • investir dans les services publics pour garantir l’égalité de tous

Mobilisations sur les retraites : quelles leçons tirer ?

résolution adoptée au Conseil National de novembre 2010

La réforme des retraites conduite par Nicolas Sarkozy est caractéristique de la politique menée par la droite depuis 2002 : une politique de classe dans l’intérêt d’une infime minorité, la plus riche, au détriment de la majorité de la population.

La retraite à taux plein sera désormais un horizon inatteignable pour la plupart des salariés. Ceux qui en auront les moyens se tourneront vers la capitalisation tandis que les autres auront une retraite qui ne leur permettra pas de vivre décemment. C’est l’individualisme contre la solidarité entre générations.

Mené par un front syndical uni, le mouvement social a mobilisé plusieurs millions de personnes en deux mois et avec le soutien de plus de 70% des français. La jeunesse s’est fortement mobilisée, démontrant ainsi à quel point le droit à l’avenir et le droit à la retraite sont des préoccupations fortes pour notre génération.

En face, Sarkozy a refusé toute négociation. Ce déni de démocratie montre un président en difficulté qui ne ressort pas victorieux de ce conflit. Au contraire, le mouvement social a permis de gagner la bataille idéologique contre la politique que mène la droite et de faire émerger de nouvelles exigences sociales.

La gauche, unie, a su être au rendez-vous de cette mobilisation en jouant son rôle d’opposition politique et de soutien du mouvement social. Elle doit maintenant tirer les leçons de ce mouvement en offrant un débouché politique qui soit à la hauteur de la volonté de changement des salariés.

La famille socialiste doit répondre aux aspirations qui se sont exprimées. Il faudra indiscutablement revenir sur « les mesures d’âge » en rétablissant la retraite à 60 ans. Mais cela ne sera pas suffisant, car il nous faudra poser le vrai débat, celui du montant des pensions ; la situation subie du marché du travail ne permet pas aux salariés de cotiser suffisamment longtemps, il nous faudra donc pour défendre une retraite décente pour tous, revenir sur l’augmentation de la durée de cotisation.

D’autres revendications se sont également fait jour : répartition des richesses par l’augmentation des salaires et par la hausse des impôts pour les riches, plein emploi, lutte contre le chômage et la précarité, protections sociales élargies, services publics de qualité…

Le message est clair : le refus de la rigueur et des politiques d’austérité. Ce n’est pas aux salariés et aux jeunes de payer la crise. Les caisses de l’État sont vides alors que la richesse produite ne cesse d’augmenter. Les solutions existent pour ne pas se contenter d’une politique de gauche au rabais.

Pour que la gauche revienne au pouvoir en 2012, elle devra savoir se rassembler et avoir la volonté politique de dégager les marges de manœuvre pour mener une réelle politique de gauche pour transformer la société.

Les Jeunes Socialistes de la Gironde répondent à Patrick Duval, directeur des Musiques de nuit à Cenon

Communiqué du 15/10/2010, les jeunes socialistes répondent aux propos de Patrick Duval tenus dans Sud-Ouest.

Aujourd’hui, un jeune homosexuel a huit fois plus de risque de se suicider qu’un jeune hétérosexuel. Dans de telles circonstances, s’afficher ostensiblement homophobe n’est pas un acte anodin pour un groupe de musique incarnant un modèle pour des milliers de jeunes.

Les Jeunes Socialistes sont depuis de nombreuses années attachés à la défense de la cause LGBT. C’est bien nous qui avions posé une main courante au commissariat en 2004 contre une association étudiante faisant ouvertement rapprochement entre homoparentalité et pédophilie. Nous étions là aussi lors du premier mariage de Bègles pour faire barrage aux jeunes d’extrême droite. C’est encore nous, qui avions demandé l’annulation du chanteur Sizzla pour ses propos homophobes ! Et nous continuons de défiler chaque année depuis 2002 à la Gay Pride bordelaise.

La lutte contre l’homophobie sous toutes ses formes est une bataille de tous les jours aussi bien sur les idées que sur les actes. L’annulation du concert, que souhaitent les Jeunes Socialistes aux côtés des associations LGBT ne répond pas à une volonté de censure. Il s’agit pour nous de rappeler que la liberté d’expression ne saurait justifier des propos discriminatoires et haineux.

MJS

Cortège du MJS 33 lors de la dernière Gay Pride à Bordeaux

Les propos prononcés par le groupe sont dangereux et incompatibles avec la vision socialiste du vivre ensemble. Les subventions publiques à la culture ne doivent en aucun cas desservir la jeunesse, mais bien favoriser l’enrichissement culturel et sa diversité.

Prononcer des excuses publiques par communiqué n’est pas suffisant et ne saurait atténuer la gravité des propos. Nous demandons des actes concrets envers ceux qui pourraient s’être sentis blessé ou stigmatisé par ces propos, notamment par une rencontre avec les associations LGBT.

Contacts :

  • Juliette Perchepied, Animatrice Fédérale des Jeunes Socialistes de Gironde : –
  • Gauthier Vermandel, Secrétaire général des Jeunes Socialistes de Gironde en charge de la communication : –