Pour la légalisation des salles de shoot


“On ne peut plus accepter qu’il existe à Paris des endroits connus où se retrouvent les consommateurs de crack ou d’héroïne. ce sont des scènes ouvertes sur la violence sociale et sanitaire”. Jean Marie Le Guen a proposé au conseil de Paris la mise en place de salles de shoot, c’est à dire une salle de consommation de drogue médicalement assistée. Les consommateurs auraient donc accès à un lieu ou l’hygiène serait assurée, les protégeant des risques sanitaires. En effet les conditions d’hygiènes précaires de consommation actuelle de drogue favorisent la transmission de maladies comme l’hépatite « B », leVIH ou l’hépatite C (près de 60% des usagers de drogues injectables sont infectés par l’hépatite C et un tiers ne sont pas au courant de leur contamination). Il s’agit donc de permettre la mise en place d’un espace institutionnalisé et contrôlé ou les consommateurs bénéficieront de bonnes conditions sanitaires et seront accompagnés par un personnel médical spécialisé. “Les toxicomanes qui se shootent dans la rue où dans les cages d’escaliers sont dans une situation de précarité difficile, ces centres seront le moyen de faire un premier pas dans le système de soin” précise Pierre Chappard de l’association d’usagers de drogues.

Cette mesure prend le contre-pied de la politique actuelle de culpabilisation face à la drogue. Le gouvernement s’oppose à cette mesure! Prendre en charge des drogués? Encore dépenser de l’argent des honnêtes citoyens pour s’occuper de parasites, dépenser l’argent des entreprises pour ces déchets de la société? La mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) se contente plutôt de rappeler à l’occasion de la dernière campagne de sensibilisation sur la consommation de drogue que “l’usager encourt un an d’emprisonnement, 3 750 euros d’amende ou l’une de ces deux peines seulement.” Voila une solution innovante et d’une efficacité indéniable pour sortir les consommateurs de l’addiction…

Pourtant, depuis les années 90, l’usage de produits psychotiques ne cesse d’augmenter, de même que l’usage du subutex et la méthadone (produits de substitution). Nous sommes face à une difficulté sociale qui ne cesse de s’aggraver, mais les manières d’aborder le problème, qui ne montrent aucune efficacité, ne s’adaptent pas pour autant.

La Mildt qui accuse M. Le Guen d’aller trop loin en cachant les toxicomanes refuse en réalité de voir la réalité de l’usage de la drogue, que cela concerne l’origine de la drogue et la nébuleuse des différents trafics qui en découlent, les produits de coupes utilisés et donc le produit final utilisé sous ou surdosés, les conditions de consommation… Les salles de shoot permettraient à l’inverse d’encadrer ces différentes étapes. Il s’agit de refuser l’hypocrisie actuelle, d’accepter d’être confronté à un problème social et de le traiter en conséquence et directement tout en ayant des données fiables sur lesquelles travailler.

Ce type de structure existe déjà à Genève, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Espagne, et même en Afghanistan avec des résultats encourageant que ce soit sur la violence, la délinquance mais aussi pour la santé des consommateurs. “Jamais personne n’est mort d’overdose dans une salle de consommation” déclare Anne François de l’association Première Ligne qui s’occupe de ces lieux à Genève.

Ces « drogueries » auraient donc une dimension véritablement pédagogique, c’est un enjeu de santé publique, de prévention. Il s’agit d’une prise en charge d’une population précaire pour apprendre un meilleur mode de consommation, une meilleure gestion de l’addiction et surtout permettre un accompagnement et une prise en charge directe pour en sortir.

TU AIMERAS AUSSI

ESPACE DISCUSSION

Centre de préférences de confidentialité

WordPress

Ce sont les cookies générés par notre système de gestion de contenu. Il ne recueille aucune donnée.

90plan, 90planBAK

Statistique

Nous utilisons Google Analytics à des fins analytiques.

_ga, _gat_gtag_UA_104410158_1, _gid

Commentaire